José Socrates
José Socrates

Ce que les gens n’aiment pas au Portugal

Par

Le Portugal est un beau pays. Mais il a ses défauts. N'oublions pas que de nombreux Portugais l'ont quitté ! J'ai demandé à notre communauté ce qu'ils n'aimaient pas au Portugal. Après avoir lu presque 400 commentaires, j'en conclus que nous avons les défauts de nos qualités.


Conclusions différentes suivant nos origines

Les très nombreuses personnes à avoir répondu à ma question sont principalement des Franco-Portugais vivant en France. Leurs réponses, en tant que vacanciers pour la plupart, sont souvent assez différentes de ceux qui habitent au Portugal.

Cet article est le côté “négatif” de mon précédent article sur “ce que les gens aiment au Portugal”. Il en ressort ici qu’il est parfois difficile de critiquer le Portugal. Il y aura toujours des personnes pour exagérer leur perception négative, et d’autres pour dire que ce n’est pas vrai.

Je tenterais à chaque critique négative d’apporter un éventuel éclairage, un point de vue “local”. Les critiques sont classées par le nombre de fois qu’elles ont été faites.

Ceux qui n’aiment pas repartir

C’est la critique “négative” la plus positive que je connaisse. C’est celle qui revient le plus souvent, et nous prouve bien que même si le Portugal est bourré de défauts, on est quand même tristes d’en partir. Vous remarquerez que si vous ajoutez le sentiment de “fin de vacances”, c’est un sentiment tout à fait normal.

Bon OK, ce n’est pas un vrai défaut. Alors, allons-y, tapons un peu sur notre pays chéri. Même si certaines critiques ne sont pas forcément vraies, elles correspondent tout de même à un sentiment qu’il faudra corriger.


Bragance
La beauté méconnue de Bragance…

Administration nationale

Le rapport avec les fonctionnaires de l’administration publique ne sont franchement pas les meilleurs. Ils seraient hautains et corrompus. La complexité de l’administration n’aide en rien, et, pire, il faut payer pour le moindre papier. Cette critique, c’est quelque chose de récurrent à toutes les administrations publiques que je connaisse, y compris la française. Mais face à ces remarques, d’autres, dont moi, affirment : beaucoup de choses ont été simplifiées. On peut faire presque tout sur Internet. Les fonctionnaires que j’ai rencontré étaient très serviables et dévoués.

L’exigence du NIF (numéro fiscal) pour toute transaction financière, y compris les courses du supermarché a donné un coup de sérieux à l’administration fiscale.

application identité portugal
Application mobile de l’Etat, qui permet d’avoir la version électronique de ses papiers d’identité ou de son permis de conduire

Corruption de l’administration?

Il est vrai qu’à l’époque de Salazar, la fonction publique était gangrénée par la corruption. Aujourd’hui, cela tiens plus à du fantasme qu’à une réalité généralisée. Oui, autrefois on mettait un petit billet dans le dossier pour qu’il se retrouve en haut de la pile. Au fur et à mesure que les anciens fonctionnaires sont partis, remplacés par des plus jeunes, et surtout, depuis que les contrôles sont bien plus serrés, ce n’est plus vrai.

Là où il y a encore sûrement des choses à faire, c’est au niveau du piston, des relations et du clientélisme. Mais l’informatisation est en train de réduire comme peau de chagrin les dernières possibilités de triche. Où est-ce qu’on en voit encore? Dans les petites administrations municipales, peu contrôlées et peu informatisées, ou, plus grave, au plus haut niveau de l’état. Les politiciens, les ministres ou secrétaires d’état, qui se font, ou feraient, graisser la patte. Je ne sais pas si l’ancien Premier Ministre José Socrates que j’ai choisi pour illustrer l’article est un corrompu, mais il est symptomatique du ressenti que nous avons au Portugal à l’égard des politiciens.

Bas salaires, sous-valorisation du travail

Voici une réalité qui ne provoque pratiquement pas de polémique. L’émigration ne s’est pas faite par hasard. Un ingénieur peut gagner jusqu’à 4 fois plus en Allemagne qu’au Portugal. Un maçon peut gagner le double, voir le triple en France. La progression salariale est aussi bien plus nette à l’étranger. Mal payés, les salariés ne font pas forcément le meilleur travail. A quoi bon? Que les travailleurs se tuent au travail ou qu’ils en fassent le minimum, le salaire sera toujours faible à la fin du mois, l’augmentation n’étant elle qu’un mirage.

Il existe pourtant certains bons salaires au Portugal, parfois équivalents à ce qui se fait à l’étranger (c’est rare). Mais ce type de postes est souvent lié à un réseau de relations. Sans parrains, pas de bon boulot bien payé. Est-ce que c’est de la corruption? Je ne sais pas. En tant que grand patron, je vais peut-être préférer embaucher mon neveu qu’un inconnu. Ces bons postes, bouchés par le clientélisme, empêche le pays de présenter de bonnes opportunités professionnelles.

C’est peut-être une explication pour le manque de qualité des élites portugaises. Mais c’est aussi une explication pour la solidarité familiale ou entre amis. On a, comme je l’ai dit en introduction, les défauts de nos qualités.

Moralité : si on veut réussir au Portugal, vraiment, il faut créer sa propre affaire.

Prix de l’essence ou des autoroutes

Je le dis tout de suite : c’est une critique de Franco-Portugais en vacances. Un Portugais, qui paie le crédit de sa voiture, payée à prix d’or et bien plus chère qu’en Espagne ou en France par exemple, il vous dira en premier, ce qui est scandaleux, c’est le prix de la voiture !

Les automobilistes Portugais sont, aux yeux de l’Etat, d’authentiques vaches à lait. On paie l’impôt spécial automobile et des autoroutes ou de l’essence aussi cher qu’en France. Mais ce n’est pas, pour ceux qui habitent au Portugal, une critique à mettre en troisième position des défauts du Portugal, loin de là. L’autoroute est chère? On va boucher les nationales. Les voitures sont chères? On roule en Clio ou en vieille Mercedes d’occasion. L’essence est chère? On pleure.

Mentalité rétrograde

Quel contraste avec ce que les gens aiment au Portugal ! Pour rappel, ce sont les Portugais que les gens préfèrent au Portugal. La mentalité portugaise, l’état d’esprit général qu’on a. Mais ici, la critique qui ressort, c’est la, je cite, “mentalité rétrograde, surtout dans les villages”.

Alors?

Oui, certains villages peuvent avoir une certaine mentalité de village, justement. Les commères ou langues de vipère, les arriérés qui sont restés bloqués cent ans en arrière et on en passe. Mais c’est, sur le global du pays, une petite minorité. Et même cette mentalité rétrograde, elle est tout de même solidaire. Dans un village, il y a de l’entraide, il y a des fêtes organisées collectivement.

Je pense surtout qu’on est méfiant envers celui qui vient de dehors. Comme dans (presque) tout village rural, finalement.

Le racisme des Portugais

En lisant les premières critiques, j’étais un peu surpris de lire, de la part de Franco-Portugais, qu’il y avait du racisme au Portugal. Qu’en savent-ils?

Mais en fait, ce “racisme”, il est contre eux ! Ou plutôt, il est contre les “avecs“, terme péjoratif pour désigner les émigrés Portugais en France. Pourquoi cette animosité envers eux?

voiture emigrante
Voiture de Franco-Portugais sur un marché au Portugal…

Parce que ces “avecs” sont souvent arrogants et arrivistes. Ils viennent en terrain conquis, et pensent qu’ils sont encore plus chez eux que ceux qui y habitent. Parfois même, ils sont irrespectueux envers les locaux, qu’ils qualifient volontiers de “blédards”.

C’est ceux-là qui ne sont pas bien vus au Portugal.

Note : je dis bien animosité et non pas racisme. On n’est pas raciste avec des personnes qui ont le même patrimoine génétique que nous, ça n’a pas de sens.

Le racisme, le “vrai”, lui, existe bien, comme partout sur cette planète malheureusement. Mais ce n’est pas un défaut propre aux Portugais, qui auraient même tendance à l’être un peu moins qu’ailleurs. Il suffit de regarder la tête du premier ministre ou de la ministre de la justice, en sachant que cela n’a créé aucun émoi particulier.

L’Atlantique est trop froid !

Encore une critique de vacanciers. Bon, c’est une vraie critique, on ne peut pas la nier. Mais d’un autre côté, on ne peut rien y faire, à part diriger les frileux vers l’Algarve, où l’eau est beaucoup plus chaude…

La nourriture… qui fait grossir

Alors là, on y peut rien. L’alimentation au Portugal, c’est un point fort, c’est évident, mais quand c’est bon… ça fait grossir. Vous vous souvenez, les défauts de ses qualités? On est en plein dedans. Après, d’un autre côté, personne n’est obligé de s’empiffrer ou de manger tout le temps gras. Il y a énormément de bons légumes, de bons fruits et de bons poissons. Tout en restant typiquement portugais, on peut avoir un régime alimentaire très sain.

Il n’y a donc pas d’excuses, si vous avez grossi au Portugal, c’est parce que vous êtes gourmand !

Critiques sociales

J’ai lu quelques critiques qui pointent du doigt ce qui se passerait de mal au Portugal au niveau social. Un pays machiste, qui manquerait de parité d’une part, une Justice à la peine et un système de santé défaillant.

Tout est vrai. Mais, et excusez-moi de le dire, pas tellement pire qu’en France. Les droits des homosexuels sont bien mieux protégés, pour ne citer qu’un exemple. L’espérance de vie, qui est mon indicateur préféré pour tout ce qui concerne la santé, est en 2020 de 81 ans au Portugal et de 82 en France.

Je pense que ça devrait aller.

Le Portugal est un pays qui est très autocritique

C’est un sport national au Portugal que de se comparer aux pays “plus développés” et de s’autoflageller, en disant qu’on est nuls. Franchement, parfois, on exagère. C’est un peu le syndrome de l’herbe plus verte chez le voisin.

Mais les Portugais aimeraient progresser. Parfois, j’ai l’impression qu’il suffirait d’un petit quelque chose pour que tous aillent dans le même sens. On la sent, cette volonté d’aller plus loin. Mais pour l’instant, on la constate surtout au niveau individuel, avec le départ de tant de Portugais vers une vie meilleure à l’étranger !

Toute cette autocritique nous amène à nous accrocher à la moindre bonne nouvelle qui nous positionne un peu mieux que nos voisins européens au classement mondial. Il suffit de voir les réactions enthousiastes dès lors que l’on dit que le Portugal est le 3ème pays le plus sûr au monde. Cette sûreté, qui est à mon avis aussi provoquée par nos qualités… et nos défauts.


Commentaires

A lire aussi