Figueira da Foz
Figueira da Foz

Que changer au Portugal ?

Par

J'ai demandé à notre communauté ce qu'il faudrait changer au Portugal. Ce qui est revenu en premier est quelque chose d'impossible : que ce soit moins loin de la France, Suisse, Belgique, etc.


Le point de vue des gens qui ont répondu à ma question est surtout celui de ceux qui habitent en France. Dans les réponses, nous naviguons entre le Portugal idéalisé à celui détesté, entre clichés des années 1980 et visions angéliques. Une chose est sûre : l’Espagne est en trop.

Attention : pour chaque réponse, il y aura toujours quelqu’un pour affirmer son exact contraire, qui ne sera pas d’accord. Les réponses que je vous partage ici sont celles qui ont été le plus souvent données, partagées ou aimées sur nos réseaux sociaux. Pour beaucoup, c’est l’occasion de critiquer le Portugal. Pour moi, il s’agit aussi de voir quelle image on peut encore avoir du pays, et quels clichés il va falloir changer dans l’esprit des gens… ou qu’est ce qu’il faudrait vraiment améliorer au Portugal.

Diminuer la distance entre le Portugal et la France

Quelqu’un a dit, en blaguant, que l’Espagne n’aurait pas du exister. En passant la frontière française, on serait immédiatement au Portugal. On le comprend bien, ce que l’on voudrait, c’est que le Portugal soit plus proche de la France, ou de la Suisse, Belgique et n’importe quel autre pays d’émigration (ou d’expatriation, le mot à la mode…).

Ce désir de changement pour le Portugal n’en est donc pas vraiment un, et ne peux pas être pris en compte. Passons au suivant…

Ne rien changer

Le Portugal est un pays parfait
Le Portugal est un pays parfait

C’est la deuxième réponse qui revenait le plus souvent. C’est mignon. Le Portugal est donc parfait. C’est encore plus mignon quand c’est dit par des gens qui ne viennent qu’en vacances. Bien sûr qu’il y a des choses à améliorer, et heureusement. J’ai bien compris ce qu’on implique en disant qu’il ne faut rien changer : on aime le Portugal tel qu’il est, et on ne l’aimera pas moins à cause de ses éventuels défauts.


Mais ce n’est pas une raison de baisser les bras. Personne ne va vous accuser de ne pas aimer le Portugal parce que vous voulez le rendre encore meilleur !

Je dis ça, mais je suis très souvent critiqué parce que j’ose dire un peu trop souvent ce qui n’est pas parfait, ce qui dérange la vision idéalisée du Portugal que certains peuvent avoir. J’en suis navré. Pour vous.

Un autre souhait, revenu quelques fois : que le Portugal reste Portugais.

Je dirais qu’il n’y a pas encore trop de souci à se faire de ce côté. Si les salaires pouvaient être un peu plus luxembourgeois, la corruption un peu plus finlandaise ou l’économie un peu plus allemande, je ne dirais pas non…

Augmenter le salaire

Enfin un vrai changement! Oui, c’est le problème numéro 1 au Portugal. Les salaires sont bien trop bas. C’est le principal critère d’insatisfaction de la vie portugaise. C’est aussi la principale raison qui fait que de nombreux Portugais de l’étranger ne reviennent pas vivre au Portugal. C’est encore et toujours cette raison qui pousse les jeunes à émigrer, même aujourd’hui.

Ici, il y a quelque chose à faire. Mais ça passe par un pays ami des entreprises à forte valeur ajoutée, et un patronat qui mise sur sa masse salariale plutôt que vouloir se la jouer néo-esclavagistes. C’est pas gagné, mais je garde bon espoir.

Du respect envers les Franco-Portugais

Ils sont nombreux, les émigrés en France et leurs enfants qui trouvent que les Portugais du Portugal les considèrent comme des « sous-Portugais ». Ils ne seraient pas aimés par les locaux, et même victimes de « racisme », souvent à cause de leur jalousie envers leur réussite à l’étranger. J’ai écrit à ce sujet deux articles très polémiques :

Voiture d'emigrante...
Voiture d’emigrante…

Je confirme, il peut y avoir de l’animosité envers les émigrés Portugais quand ils viennent en vacances au mois d’août au Portugal. Oui, il peut y avoir une certaine jalousie. Mais je confirme également que les torts sont grandement partagés. Ce que les locaux reprochent le plus souvent, c’est le manque d’humilité des émigrés. C’est également un quasi reniement de leurs origines. Comment interpréter l’émigré qui parle en mauvais français à son fils en vacances, devant les locaux, qui savent parfaitement de quel village il vient?

Les enfants, nés en France, sont déjà moins critiqués à ce niveau là. S’ils ne parlent pas bien portugais, ce n’est pas d leur faute, mais de leur parents.

Je le redis : torts partagés.

Un souhait qui revient très souvent, et parallèle au respect pour les Franco-Portugais : que les émigrés parlent en portugais !

Réchauffer l’eau de l’Océan

Alors ça, c’est bien un truc de vacancier. Et en effet, l’eau de l’océan est super froide. Mais on ne peut rien y faire, malheureusement, moi aussi j’aimerais bien quelques degrés de plus. Je suggère à tout le monde de partir en Algarve.

En finir avec les eucalyptus… et les incendies

Ici, nous avons un vrai problème, qui semble pouvoir être corrigé. J’aime bien les eucalyptus, ça sent bon. Le papier qu’on en fait est d’excellente qualité. Mais cet arbre, originaire d’Australie, est une plaie pour le Portugal. Cultivé trop intensément, il assèche les sols, et est un véritable réservoir à incendie.

Ce n’est pas l’arbre en lui-même qui est un problème. C’est sa monoculture. Il est beaucoup trop présent. Il n’y a pas grand monde pour défendre l’eucalyptus, à part peut-être ceux qui en possèdent. Evidemment que le principal fautif, ce n’est pas l’arbre, mais le pyromane qui y fout le feu. Mais si on pouvait limiter les dégâts causés par ces criminels en plantant un peu moins d’eucalyptus, nous aurions tous à y gagner.

Curieusement, les forêts d’eucalyptus ou de pin gérées par les grandes usines de papier brûlent beaucoup moins souvent que les autres. Peut-être parce que si une forêt est entretenue et gardée, il y a tout de suite moins de problèmes…

Coût de la vie

C’est une remarque surprenante que nous avons eu sur notre page facebook. En premier lieu, c’est le prix des péages d’autoroute qui gênaient le plus dans les commentaires ! Pas l’immobilier, pas la taxe automobile scandaleuse, pas les impôts trop élevés.

Et après, je repense à qui a répondu : des gens qui n’habitent pas le Portugal.

Après, bien sûr que beaucoup de personnes pensent qu’il faudrait faire quelque chose face à l’inflation immobilière. Mais il n’y a pas grand chose à faire, à moins que le Portugal ne cesse d’être attractif…

Bien sûr que beaucoup de personnes pensent également que les voitures sont trop chères au Portugal. C’est normal, elles le sont ! La taxe auto est un racket de l’état. Lire à ce sujet mon article « pourquoi les voitures sont si chères« …

Prix des péages

Je ne m’attendais pas à ce que cette suggestion d’amélioration soit si importante. Oui, l’autoroute est chère au Portugal, et oui, elles sont très bien. Mais ce n’est clairement pas ma priorité à moi. Il y a tellement d’autres problèmes. Je suis d’accord pour dire qu’elles sont chères, mais ce n’est pas aux vacanciers qu’une éventuelle baisse de prix devrait profiter. Une autoroute moins chère, ça devrait permettre de retirer du trafic routier des villes, ou de désenclaver des villes de l’intérieur, pénalisées par des autoroutes payantes.

Je me souviens très bien que les SCUT (Sem Custo para o UTilisador) étaient des autoroutes « sans coût pour l’utilisateur », faites pour justement améliorer l’accessibilité des villes provinciales écartées de l’axe Lisbonne / Porto. Une lutte contre la désertification de l’intérieur du pays. Aujourd’hui, à cause de la crise, elles sont payantes, et ne seront probablement plus jamais gratuites.

Système de santé

Ceux qui sont habitués au système de santé français ont du mal avec le Portugais. Il est très différent, et beaucoup pensent qu’il est pire. Disons-le tout de suite : oui, il n’est pas aussi pratique que le système français. Impossible de choisir son médecin de famille, il faut aller à son centre de santé de quartier. Les listes d’attente pour des chirurgies « non urgentes » sont très longues.

C’est donc quelque chose qu’on aimerait changer.

Pourtant, globalement, la qualité est tout de même au rendez-vous, on ne vous laissera pas mourir par manque d’argent. D’ailleurs, mon critère principal pour véritablement juger d’un système de santé est l’espérance de vie en bonne santé. Selon les données européennes (eurostat), en 2019, à 65 ans, on pouvait vivre encore 11 ans en bonne santé en France. Au Portugal, c’était 7 ans, soit 4 de moins.

Il y a donc une réelle différence, même si elle n’est pas si flagrante que ça.

Le système privé fonctionne très bien, mais c’est cher. Et comme dans toute entreprise à fins lucratives, on a toujours peur qu’on nous fasse dépenser de l’argent plus que de raison.

Pour en savoir plus, lire notre dossier complet sur la santé au Portugal

Administration et corruption

La dernière chose qui revient assez souvent qu’il faudrait changer au Portugal, c’est tout ce qui concerne l’administration, et son corollaire, la corruption. Trop de choses sont beaucoup trop lentes dans l’administration portugaise. Je dirais, pour être précis, dans les administrations municipales.

Rui Pinto
Rui Pinto, le hacker Portugais qui a dénoncé la corruption dans le football.

L’état a fait un réel effort au niveau national, avec une modernisation à marche forcée. Beaucoup de choses se font facilement désormais sur Internet. En revanche, dès qu’il s’agit d’obtenir quoique ce soit pour faire des travaux de rénovation immobilière en ville, la plupart des commentaires s’accordent pour dire que c’est l’enfer.

Les mairies n’ont tout simplement pas assez de personnel pour gérer tant de demandes.

En ce qui concerne la corruption, enfin, on ne sait pas trop s’il s’agit de la corruption à petite échelle des gens normaux (en voie d’extinction, franchement…) ou bien s’il s’agit de la corruption des élites portugaises. Quand on voit toutes les casseroles que de nombreux financiers, entrepreneurs et politiciens peuvent avoir, on comprend facilement que l’on ait cette sensation désagréable d’un pays vérolé par la corruption.

Et moi, qu’est-ce que je changerais? En plus de tout ceci, j’aimerais que l’on valorise beaucoup plus notre patrimoine. C’est lui qui nous fait venir des touristes à fort pouvoir d’achat. Notre passé est aussi notre futur! Mais surtout, et c’est le principal, j’aimerais que l’on change notre façon d’éduquer nos enfants. Que ce soit à l’école, ou à la maison, je voudrais que les petits Portugais soient dès le plus jeune âge habitués à avoir un état d’esprit de vainqueurs, de gens qui veulent aller plus loin, et qui pensent que c’est possible d’y arriver au Portugal même.


A lire aussi