Roberto Leal
Roberto Leal

Les Portugais blonds

Par

Quand on pense à Portugais, et que l'on ferme les yeux, on ne voit que très rarement autre chose qu'un brun. Pourtant, il y a aussi des blonds, et pas qu'un peu. Entre autres, évidemment !


J’ai choisi, pour illustrer cet article, le chanteur Roberto Leal. Né dans un tout petit village du nord du Portugal, près de Macedo de Cavaleiros, il était « blond comme les blés », comme on dit en français. Il n’avait pourtant pas une goutte de sang étranger, du moins sur plusieurs générations.

Roberto Leal
Roberto Leal

Si en revanche, on sait que la région de Trás-os-Montes dont il est originaire est aussi la région la plus « blonde » du Portugal, on est peut-être moins étonné. Les Portugais du nord sont, en général, plus clairs de peau et de cheveux que leurs compatriotes du sud.

Note : oui, je sais bien que beaucoup de blonds portugais peuvent renforcer leur blondeur chez le coiffeur. Mais ceux que je vous présente sont, à la base, des blonds naturels. Ils ont aussi souvent les yeux bleus ou verts et la peau claire.

Mais comment est-ce possible ? Pourquoi tant de blonds dans le nord ? N’est-ce pas quelque chose que l’on voit plus souvent chez les Scandinaves ?

Nous allons remonter l’histoire petit à petit, à la recherche de nos ancêtres blonds. Cet article n’a aucune valeur scientifique. Il ne s’agit que de lier le gène blond portugais actuel à une possible origine extérieure… ou pas.


carte du portugal des blonds
Dans le nord, plus de 10% de la population est blonde

Vikings

C’est l’explication que l’on entend le plus souvent. Les Vikings ont envahi à plusieurs reprises le Portugal, et ont par conséquent laisser trainer leurs gênes de blonds chez les femmes portugaises pas forcément consentantes.

Oui, sauf que :

  • Les Vikings n’étaient pas tous blonds. Il y a, même chez les Norvégiens, des bruns, et ce, depuis toujours.
  • Ils ont pillé et violé, oui, mais pas au point d’influencer durablement la blondeur d’une région. Ils ont tout autant pillé et violé le sud du Portugal que le nord.

Bon alors OK, on a sûrement quelques ancêtres Vikings, qui ont rajouté un peu de gènes blonds, mais ce n’était qu’une goutte d’eau dans l’océan de l’histoire portugaise.

Marisa Cruz
Marisa Cruz, présentatrice télé, ancienne miss Portugal 1993

Wisigoths

Avant l’occupation musulmane du pays, c’était les Wisigoths qui dominaient la péninsule ibérique. Ils auraient dû être pour les ibériques ce que sont les Francs pour la France, du moins ethniquement parlant.

Ce peuple guerrier est venu en Hispanie et devint la caste dominante de la péninsule. Mais en termes de population, ils étaient relativement peu nombreux. Nous parlons, pour nous situer, de quelques centaines de milliers d’individus, face aux millions d’habitants que l’Hispanie avait déjà. Clairement, les hispano-romains étaient très majoritaires. Est-ce que ces barbares pouvaient influencer durablement la couleur des cheveux des hispano-romains ?

Et bien la réponse est probablement positive, du moins, en des proportions bien plus grandes que celle des Vikings. Comme eux, les Wisigoths, ou plutôt les Goths, étaient un peuple peut-être originaire de Scandinavie. Ils migrèrent plusieurs fois au cours des siècles, finissant par s’établir en péninsule ibérique, venant de la Mer Noire et l’actuelle Ukraine.

Tonicha
La chanteuse Tonicha est née à Beja. Beja, c’est l’une des principales villes de l’Alentejo, le sud profond !

Suèves

Ce peuple « barbare » comme les Wisigoths est pour moi à l’origine de notre différence, à nous Portugais et Galiciens, par rapport à nos voisins espagnols. Ils ont en effet occupé le nord-ouest de la péninsule pendant deux siècles, avant d’être définitivement vaincus par les Wisigoths en 584.

Mais comme les Wisigoths, ils n’étaient pas nombreux. Toujours quelques centaines de milliers, face aux millions d’habitants de l’ancienne province romaine de Gallaecia qu’ils occupèrent. Les Suèves étaient originaires de l’Allemagne du nord actuelle, et sûrement très blonds aussi.

Mais comme pour les Vikings, ou les Wisigoths, il y en avait des bruns, ne l’oublions pas.

Madalena Antas
Madalena Antas, pilote automobile

Et les Romains ?

On associe pas vraiment les Romains aux blonds, forcément. Mais il ne s’agit pas ici de dire que les Romains ont apporté le gène blond à la Lusitanie. Ce n’est pas impossible, notez, il y avait aussi des Romains blonds, à commencer par Auguste lui-même.

Non, il s’agit de dire que l’Empire Romain, en abolissant les frontières tout autour de la Méditerranée, en développant le commerce avec le nord de l’Europe et en permettant aux personnes de se déplacer et de s’établir où bon leur semble, l’Empire Romain a permis un brassage ethnique comme jamais auparavant.

La légion romaine, au temps des premiers siècles de notre ère, pourrait ressembler à la légion étrangère française. Tous les soldats étaient romains, mais étaient d’origines très diverses. Vous aviez des Germains, des Egyptiens, des Britanniques, des Syriens, des Gaulois et bien d’autres encore. Lorsqu’ils finissaient leur très long service, ils pouvaient s’établir quelque part dans l’Empire, pourquoi pas en Lusitanie !

Rappelons-le : si nous parlons une langue d’origine latine, c’est grâce à l’Empire Romain.

Ricardo Brancal
Ricardo Brancal, skieur portugais originaire de Covilhã

Population homogène

Nous venons de voir les principales invasions et occupations « récentes » de ce qui est aujourd’hui le Portugal. L’Histoire nous dit que, même si l’impact culturel fut majeur, il ne l’a pas été tant que ça dans les gènes. Les nobles barbares restaient souvent entre eux, ne se mélangeant pas avec le peuple.

Encore aujourd’hui d’ailleurs, à bien y penser. Les histoires d’amour entre les gens très riches avec les petits paysans (pour ne pas dire « bouseux ») étant plutôt rares, n’est-ce pas ?

C’est ce que nous confirme l’histoire génétique portugaise. L’influence est là, mais sans commune mesure avec l’influence culturelle. Cette histoire génétique nous raconte une autre origine pour la couleur de cheveux blonde au Portugal !

Rui Fernandes
Le cavalier tauromachique Rui Fernandes

Les Celtes

Venus d’Europe Centrale, les Celtes occupèrent le nord de la péninsule ibérique. Mêlés aux populations locales, leur influence se fait clairement sentir dans l’ADN de la péninsule ibérique du nord.

Rappelons-le, la péninsule ibérique, avant les Romains, était un ensemble de peuples très différents. Dans le sud méditerranéen, les Ibères n’avaient que peu de rapports avec les peuples du nord.

Ici oui, nous pouvons affirmer que lorsque les Romains arrivèrent en Hispanie, il y avait déjà probablement autant de blonds que chez eux. L’Italie du Nord était, après tout, aussi la Gaule !

D’un autre côté, il n’est pas inutile de rappeler également que depuis toujours, la côte atlantique de la péninsule ibérique était un lieu de passage, entre les européens du nord, venus des îles britanniques ou de Scandinavie, et les méditerranéens. La culture atlantique a toujours marqué profondément ce qui est aujourd’hui le Portugal, et nous avons plus en commun, génétiquement parlant, avec les Irlandais qu’avec les Syriens…

Cristina Ferreira
Cristina Ferreira, présentatrice télé

Les blonds viennent de partout…

On vient de le voir, il existe de nombreuses raisons à l’existence de Portugais blonds. Des raisons aussi anciennes que le peuplement de la péninsule ibérique. La couleur blonde ne serait apparue qu’il y a 11 000 ans, sans que l’on sache exactement où. Peut-être quelque part près de la Mer Noire ?

On pourrait penser que si on retrouve plus souvent des blonds dans le nord du Portugal que dans le sud, et en particulière Trás-os-Montes, c’est peut-être parce que cette région, ainsi que la Beira Interior, a plus de caractéristiques permettant de conserver la blondeur, en quelque sorte.

Les populations humaines bougent peu, sauf en cas de cataclysmes. Nous sommes ainsi basiquement pratiquement les mêmes qu’il y a 2000 ans, génétiquement parlant. Dans des régions où l’ensoleillement est moindre, c’est logique d’avoir plus de blonds. C’est le soleil qui apporte la vitamine D. En étant blond, on permet à la vitamine D du soleil de mieux se fixer dans le corps, ce qui est inutile pour un brun, habitant dans une région fortement ensoleillée…

Cette évolution génétique liée à l’habitat ne se fait bien sûr pas sentir en quelques centaines d’années, nous parlons bien ici en millénaires.

Le Portugal a eu plusieurs fois l’occasion de conserver ses premières origines blondes, atlantiques ou celtiques, avec l’apport romain, suève, wisigothique… et même avec les guerres napoléoniennes, certains soldats français ou anglais blonds pouvant très bien tomber follement amoureux d’une petite paysanne portugaise.

close
Abonnez-vous à notre newsletter. Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi