Marcelo Rebelo de Sousa et journalistes
Marcelo Rebelo de Sousa et journalistes

Panorama des partis de droite portugais

Par

Le PSD, social-démocrate, et le CDS-PP, conservateur, sont traditionnellement les deux partis de droite portugais. Ces dernières années, d'autres partis ont fait leur apparition, complétant l'offre idéologique de droite des deux premiers.


La diversité des partis politiques est à l’image de notre temps. Tout est toujours de plus en plus personnalisé, avec une offre pléthorique pour tout, adaptée à notre image ou nos convictions. La gauche a toujours connu cette diversité d’opinions et de courants politiques, tandis que la droite semblait plus monolithique. C’est chose du passé désormais. Essayons d’y voir plus clair.

A savoir : le Portugal est un pays à tendance de gauche. Chaque parti portugais sera par conséquent toujours un peu plus à gauche que son équivalent français, pour prendre la France en exemple.

graphique des partis politiques
Positionnement politique des principaux partis politiques français et portugais

Partido Social Democrata

Le Partido Social Democrata (PSD) annonce la couleur : la social-démocratie. Cette dénomination est abusive, la social-démocratie étant de centre gauche. Le Parti Socialiste français est par exemple social-démocrate. La généralité des partis socialistes européens ont par ailleurs tous évolué vers la social-démocratie, abandonnant progressivement les idées les plus à gauche, perdant par la même leur identité, mais c’est une autre histoire…

Quoiqu’il en soit, le PSD est un parti qui en France serait proche du centre-droit, représenté aujourd’hui par les partis « centristes » français comme La République En Marche.

C’est un parti de pouvoir, alternant avec le PS aux commandes du pays.

affiche du PSD
Emmené par Rui Rio, le PSD a choisi comme slogan « nouveaux horizons ».

Si on retrouve souvent « PPD » dans la dénomination du PSD, c’est pour rappeler aux plus anciens que le PSD est l’ancien Partido Popular Democrata. On ne voudrait pas qu’ils se trompent au moment de voter…

Le PSD est le parti du président de la République actuel, Marcelo Rebelo de Sousa, qui jouit d’une énorme popularité.

Iniciativa Liberal

Pour faire court : ils sont contre les impôts, à fond pour l’initiative privée. C’est un discours qui plaît beaucoup, dans un pays où chacun pense que pour améliorer les choses, il faut se débrouiller seul.

Le Iniciativa Liberal, avec des campagnes marketing choc qui restent dans les mémoires, monte toujours plus dans les sondages. Etant des Libéraux, un mouvement qui n’avait jamais été très présent au Portugal, ils ont un boulevard pour grandir.

Ils sont pour l’Union Européenne tel qu’elle existe aujourd’hui, construite sur l’idéologie libéraliste.

João Cotrim de Figueiredo
João Cotrim de Figueiredo, leader du Iniciativa Liberal. Leur slogan : Portugal qui grandit.

CDS-PP

C’est un parti moribond. Le CDS, Centro Democrático Social – Partido Popular, n’est plus que l’ombre de lui-même. Son électorat a complètement été siphonné par les nouveaux partis de droite, aux propositions plus originales et radicales.

Faussement nommés de « centristes » de par l’origine du parti, héritière de la démocratie chrétienne, ils sont avant tout des conservateurs. Mais ce conservatisme, à l’heure de la radicalité, n’est plus audible. Chaque élection, chaque sondage, et le CDS perd un peu plus de votes.

C’était un parti qui pouvait s’allier facilement avec le PSD pour pouvoir former un gouvernement.

Il faut dire que le CDS est aujourd’hui orphelin de ses grandes figures publiques, lui manquant à nouveau un leader charismatique et médiatique. Le « gamin » Chição, patron du CDS actuel, en semble encore loin.

👉 La Politique au Portugal, ce n’est pas tant une histoire d’idéologie, mais plutôt de personnes. On vote pour quelqu’un plutôt que pour un parti.

Chição
Le jeune leader du CDS, Francisco Rodrigues dos Santos, connu sous le petit nom de Chição. Le slogan est à l’image des conservateurs : votez CDS pour les mêmes raisons de toujours…

Chega

C’était une énigme au Portugal, cette absence d’extrême-droite. Avec le Chega, c’est désormais chose faite, il y a un parti d’extrême-droite significatif dans le paysage politique portugais.

C’est un ancien du PSD, André Ventura, qui en est à l’origine. Les idées de cet extrême font mouche auprès de nombreux Portugais. Ici, le charisme de Ventura, habitué des plateaux de télévision de l’époque où il était commentateur des résultats du foot, joue à fond.

Pour le reste, pour les habitués de l’extrême-droite, rien nouveau sous le soleil, bien que l’immigration ne soit pas un véritable cheval de bataille, ni même pour le Chega. Ils sont surtout contre les impôts, contre le communautarisme (comprendre, contre les Gitans), contre la corruption, contre l’insécurité…

Ils sont tout de même un peu moins à droite que l’extrême-droite française, un peu plus… humanistes. Le Portugal est profondément humaniste, ne l’oublions pas, et même notre pire dictateur, Salazar, était pétri de considérations tout simplement chrétiennes. Par exemple, ils ne sont pas pour la peine de mort, mais pour la prison à vie.

Son nom, « Chega », se traduit par « ça suffit ».

André Ventura
André Ventura et le slogan du Chega : Nous allons faire trembler le système

Autres partis de droite

A droite, bien d’autres partis existent, avec très peu de chances d’élire qui que ce soit. Mais vous trouverez pour la plupart leur logo sur le bulletin de vote. Leurs idées différent peu des grands partis de droite présentés ici, pouvant facilement se diluer dans l’un ou l’autre.

ADN, Alternativa Democrática Nacional

Il s’agit d’un parti créé en 2021 sur les cendres de l’ancien Partido Democrático Nacional, PDR. Pour ne pas être confondu avec le parti d’extrême-droite PNR, ils décident de changer de nom.

Il s’agit d’un parti conservateur, qui en 2022 table avant tout sur le scepticisme vis-à-vis des politiques actuelles contre la pandémie, sous couvert de droit à la « liberté ». Contre le pass vaccinal, contre les masques à l’école et ainsi de suite. Ce n’est pas très vendeur au Portugal, pays résolument pro-vaccin, les Portugais faisant dans leur écrasante majorité confiance aux autorités sanitaires.

Ergue-te

C’est l’ancien parti d’extrême-droite, le PNR, Partido Nacional Renovador. Ceux-là sont vraiment à droite de la droite, faisant passer le Chega pour des modérés. Leur slogan, pour la Patrie, pour la Famille, pour les Tiens ! est explicite. Mais au cas où vous avez des doutes, je vous mets la première image vue sur leur site.

Affiche du Ergue-te
Ils sont pour le service militaire obligatoire. Un truc d’hommes.

Ils ont changé de nom, pour être plus dans l’air du temps, et tenter de couper court avec un nom qui était autrefois beaucoup trop lié au passé sulfureux du parti.

Aliança

Fondé par Pedro Santana Lopes, un leader historique du PSD, le parti Aliança se situe quelque part entre le PSD et le CDS. Conservateur pour les questions sociales (contre « l’idéologie de genre » ou contre l’avortement), mais européens convaincus, ce parti semble faire doublon avec le CDS.

Mais comme un ancien du PSD comme Santana Lopes ne pouvait pas rallier le moribond CDS, il valait mieux stratégiquement fonder un nouveau parti. Il semble pencher beaucoup plus à droite que Pedro Santana Lopes lui-même, qui ne participe pas aux législatives 2022, bien au chaud peut-être en tant que maire de Figueira da Foz…

close
Abonnez-vous à notre newsletter. Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi