chega au parlement
chega au parlement

André Ventura et le CHEGA d’extrême-droite

Par

Dans toute l’Europe, la montée de l’extrême-droite se fait sentir. Le Portugal, jusque ici une exception, n’y échappe plus.

C’était pour beaucoup une énigme. Pourquoi est-ce que le Portugal n’avait jusqu’ici pas de véritable extrême-droite ? Certains pensaient qu’il s’agissait d’une histoire d’habitudes portugaises, plus pacifiques et tolérantes. D’autres pensaient que c’était lié à la faible immigration musulmane.

C’est peut-être un peu de tout ça, mais c’est aussi l’absence jusqu’à récemment d’une figure emblématique qui ne ressemble pas à un voyou. Il faut dire que jusqu’alors, les idées les plus à droite étaient représentées par Mario Machado, un ancien skinhead condamné pour crimes racistes.

Qui voudrait voter pour un voyou ?

André Ventura, le gendre idéal

En 2019, l’extrême-droite a élu son premier député depuis la fin du régime dictatorial en 1974. André Ventura, une personnalité connue des portugais, est un ancien membre du PSD, le parti social-démocrate, de centre-droit.

Né en 1983, il avait d’abord fréquenté le séminaire pour devenir prêtre. L’amour d’une femme l’en détourna. Après de brillantes études de Droit, il devint professeur universitaire.

André Ventura

Un produit médiatique

André Ventura s’est fait connaître sur la chaîne CMTV, le pendant télévisuel du journal Correio da Manhã. C’est un média avant tout “sensationnaliste”, qui met en avant le moindre fait divers. On joue à faire peur en retransmettant tout ce qu’il y a de négatif au Portugal.

En rapportant le moindre fait divers, CMTV implique un changement mental chez les téléspectateurs. On a l’impression qu’aujourd’hui, c’était pire qu’avant. Qu’il y a plus de crimes violents qu’autrefois. Les statistiques ont beau affirmer le contraire, rien n’y fait, les images sont toujours plus vendeuses qu’un tableau excel avec des chiffres froids.

André Ventura est pour CMTV un commentateur sportif, pro-Benfica. Attention, pas celui qui commente un match de foot en cours, non. Mais celui qui parle du foot après. Les portugais sont très friands des émissions de télévision “d’analyse” sportive, où au final tout se résume à dire que l’arbitre était pourri et que la FIFA a tort.

Là-dessus, André Ventura excelle. Cette tribune médiatique a donné à Ventura une visibilité, où il instille petit à petit ses idées. Coup de chance (ou pas) pour CMTV, les idées de Ventura sont parfaitement compatibles avec les critères éditoriaux de la chaîne : la recherche du scandale.

C’est à ce titre qu’il devient, en plus de commentateur sportif, un commentateur sur les faits criminels. L’homme est dans son élément.

Membre du PSD

Affilié au parti de centre-droit, il en sortira, contrarié que le PSD ne le suive pas dans ses idées, bien trop conservatrices pour un parti modéré. Il quittera le PSD pour fonder un nouveau parti, le CHEGA!, ce qui veut dire en portugais “ça suffit !”.

Il aurait pu se rapprocher du CDS, le parti jusqu’alors le plus à droite de l’Assemblée de la République. Parti d’inspiration chrétienne et conservatrice comme lui, mais résolument pro-européen. Ce qu’il était jusqu’à sortir du PSD. Aujourd’hui, il est pour une “Europe des Nations”.

CHEGA!

Le nouveau parti de Ventura aura réussi l’exploit de réunir 1% des voix lors des législatives 2019, l’élisant député. C’est un parti résolument d’extrême-droite. Il se revendique “national, conservateur, libéral et personnaliste”.

logo CHEGA

En quelques points, voici le programme électoral, dans l’ordre d’apparition de leur manifeste :

  • Pro-life : contre l’avortement et l’euthanasie
  • Contre le racisme, et le communautarisme qui serait contre les racines culturelles européennes.
  • Contre l’oligarchie.
  • Contre l’enseignement public et la fin du Ministère de l’Education.
  • Contre le politiquement correct.
  • Pour le soutien total de la Justice contre l’oligarchie.
  • Contre l’insécurité.
  • Pour une IVème République
  • Contre les impôts, surtout les progressifs.
  • Pour un Etat limité aux fonctions régaliennes.
  • Réduction du nombre de députés
  • Pour un retour de la prison à vie. Et de la castration chimique des pédophiles.
  • Pour un renfort de la Culture portugaise.
  • Le maintien des valeurs et traditions millénaires.
  • Contre le marxisme culturel.
  • Contre l’idéologie de la théorie du genre.

Rien de très nouveau sous le soleil. Son hostilité contre l’immigration est moins visible dans le programme, même si on la comprend entre les lignes. En tout cas, les idées du CHEGA! sont à l’opposé de ce que André Ventura exposait dans sa thèse de doctorat il n’y a pas si longtemps que cela.

Ce qui choque, chez André Ventura, c’est le manque de cohérence. Il ne semble animé que par la seule volonté de faire parler de lui. Comment peut-on faire partie du PSD très jeune, avoir été élu sous sa bannière, pour ensuite le quitter pour fonder un parti si différent ?

Comment peut-on se déclarer anti-système, lorsqu’il en est un pur produit ? Juriste de formation, professeur universitaire et commentateur télé, difficile de faire plus intégré que lui au système qu’il dénonce.

Chega TSF
Invité par l’ensemble des médias, il affirme dans ses slogans “personne ne nous taira”.

Le problème Gitan

Souvent, l’extrême-droite a une bête noire, un bouc-émissaire. En France, ce sont les musulmans. Au Portugal, ce sont les Gitans. André Ventura les utilise complètement pour servir ses propos. Le souci, c’est que les Gitans portugais… sont portugais justement. On ne peut pas dire de retourner d’où ils viennent. De plus, ils sont catholiques.

40 ans de dictature sous Salazar n’aura pas réussi à venir à bout des Gitans. André Ventura n’y arrivera pas non plus, et certainement pas en les affrontant. Ce n’est pas, à mon avis, la meilleure solution pour enfin intégrer cette population si spéciale.

Mais en attendant, la peur que les Gitans suscitent joue un rôle électoraliste de premier plan. En 2017, il avait accusé les Gitans de vivre sur le dos des portugais grâce aux aides sociales. S’ensuivit alors un déchaînement médiatique qui lui fût très profitable. Il n’y a pas de mauvaise publicité, et Ventura l’a bien compris.

L’extrême-droite du futur

Nous venons de voir que les astres se sont alignés pour que l’extrême-droite portugaise réussisse à faire 1% des voix aux dernières législatives. Les mêmes que l’opposé politique absolu, Joacine du LIVRE. Ces deux partis, que l’on pourrait considérer comme extrêmes chacun dans leur style, n’avaient pas de représentation parlementaire.

Avec un tel soutien des médias, qui aiment les propos de faits divers, les “phrases choc”, j’entrevois un avenir où l’extrême-droite sera encore plus forte… mais aussi la gauche radicale. Les prochaines années risquent d’être “sportives” au niveau démagogie et populisme…


Commentaires

A lire aussi