fatima
fatima

Un sanctuaire de Notre-Dame de Fatima en Russie

Par , le

Le prêtre espagnol Alejandro Burgos, qui habite depuis 2002 en Russie a obtenu l’autorisation du Vatican pour y construire un sanctuaire dédié à Notre-Dame de Fatima.

Fervent admirateur de la Vierge de Fatima, Burgos a tout fait pour introduire son culte en Russie.

Catholiques de rite byzantin

Burgos, connu sous le nom de Otests Aleksander en Russie, a été formé à Rome pour célébrer le culte catholique selon le rite byzantin. Il s’agit d’une minorité chrétienne en Russie, où la majorité est orthodoxe.

Il faut savoir que l’église catholique possède plusieurs rites. Tous obéissent au Pape. En occident, nous avons le rite latin, largement majoritaire au sein de l’église catholique.

C’est Joseph Werth, l’évêque catholique de Russie qui porta le projet auprès du Saint-Siège.

Les russes tiennent en estime Notre-Dame de Fatima

Les russes orthodoxes, séparés pourtant de l’église catholique depuis bientôt 1000 ans, voient d’un bon oeil ce projet. Ils n’ont pas oublié que le deuxième secret de Fatima leur était voué.

Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix.

Extrait du deuxième secret de Fatima

Alejandro Burgos, pour inspirer les russes à se rallier à la cause de Fatima, demanda à un peintre d’icônes russe d’en créer une de Notre-Dame de Fatima. Pour en savoir plus sur la création de cet icône rendez-vous sur le site d’Alejandro Burgos.

icone de fatima
Notre Dame de Fatima, version russe.

Une église en bois

Cette nouvelle église catholique sera construite à Saint-Pétersbourg. De rite byzantin, elle accueillera également tous les autres catholiques de la ville. Sur toute la Russie, l’ensemble des catholiques ne dépasse guère les 800 000 baptisés, majoritairement de rite latin.

Un sanctuaire exclusivement réservé au rite byzantin n’était donc pas possible. Surtout que l’investissement est conséquent : 3 millions d’euros sont prévus. Le plus dur étant, pour Alejandro Burgos, l’acquisition du terrain.

Ce sanctuaire fait écho à l’église catholique de Notre-Dame de Lourdes de Saint-Pétersbourg, qui fut un lieu de résistance aux persécutions communistes envers les chrétiens.

Notre-Dame de Lourdes à Saint-Pétersbourg

On le comprend, ce nouveau sanctuaire dédié à Fatima en Russie est l’oeuvre d’une vie, celle d’Alejandro Burgos. Nul doute, quand on a la Foi, on peut accomplir des choses extraordinaires.


Commentaires

A lire aussi