O Jogo
O Jogo

Les journaux quotidiens sportifs : O Jogo, Record et A Bola

Par

Il n’existe pas moins de trois quotidiens sportifs au Portugal. Oui, trois, lorsqu’en France, il n’existe que l’Equipe. Il y a donc un public pour “O Jogo”, “Record” et “A Bola”.

Le premier journal, “O Jogo” (“Le Jeu”) est basé à Porto, et est donc très lu dans le nord du pays. La majorité des lecteurs de ce journal sont associés au club FC Porto, comme le bleu (couleur du club), ou le dragon (mascotte).

O Jogo
Site de O Jogo

Les journaux “Record” et “A Bola” (“Le Ballon”) sont basés à Lisbonne, et sont associés aux clubs de la capitale, Benfica et Sporting. Ils sont également beaucoup plus anciens que “O Jogo” : A Bola a été fondé en 1945, Record en 1948, tandis que le journal basé dans le nord du pays n’a été fondé qu’en 1985. Par contre, c’est O Jogo qui est passé le premier à la publication quotidienne.

Record
Site de Record

A Bola, le plus ancien des journaux, est aussi celui qui a le plus de succès auprès des émigrés portugais, à tel point qu’il est également imprimé à Newark, aux Etats Unis, où existe une forte communauté portugaise. Il est normalement associé au Benfica.

A Bola
Site de A Bola

C’est quand même étonnant que dans un pays où les journaux papier payants sont en nette perte de vitesse (par exemple, le premier quotidien du pays, Correio da Manhã, n’a qu’un tirage en 2019 de 73 000 exemplaires, et c’est un journal de type “le Parisien”… ), il existe autant de quotidiens sportifs. Leur tirage est très aléatoire, dépendant beaucoup de l’actualité du moment : on en vendra beaucoup plus lors de grandes compétitions sportives… enfin lors de grands rendez-vous de foot (90% du contenu des journaux sportifs concerne le football).

La concurrence des journaux gratuits et d’Internet est féroce, et ne laisse aucun droit à l’erreur : est-ce que les trois quotidiens pourront continuer à survivre ? Est-ce que ce n’est pas trop pour un pays qui n’a que 10 millions d’habitants, et qui n’est franchement pas un pays connu pour la ferveur littéraire de ses citoyens ?

Pour l’instant, on dirait que oui, malgré des chiffres en chute libre depuis 10 ans, avec des tirages “honorables” : Record a un tirage moyen de 30 000 exemplaires, O Jogo, 10 000 exemplaires (pas de chiffres pour A Bola)…


Commentaires

A lire aussi