Auriol Dongmo
Auriol Dongmo

Auriol Dongmo, lanceuse de poids

Par

Auriol Dongmo, lanceuse de poids olympique. Elle représente une des meilleures chances de médaille portugaise aux Jeux Olympiques.



Née au Cameroun en 1990, Auriol Sally Dongmo Mekemnang habite au Portugal depuis 2017, sur invitation du Sporting Clube de Portugal qu’elle avait d’abord contacté sur facebook. Elle, qui n’est pas très « réseaux sociaux », avait créé un profil rien que pour ça. 2 ans plus tard, elle obtient la nationalité portugaise, pour les services (sportifs) qu’elle pourrait rendre à la nation.

Les services qu’elle pouvait rendre était déjà évidents. Elle avait participé aux Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro pour le Cameroun ! Plusieurs fois championne d’Afrique, elle fut élue sportive de l’année dans son pays d’origine en 2011.

C’est d’abord en France qu’elle tenta de progresser. Elle avait d’ailleurs une proposition d’un club français. Mais c’est au Sporting qu’elle choisit de venir, un club qui a cru en elle. Ce qui l’a convaincu totalement de venir au Portugal ?

Fatima.

Une athlète profondément catholique

Auriol Dongmo, séduite à l’idée d’habiter à proximité de Fatima, l’un des plus grands lieux de pèlerinage catholique, n’hésita pas longtemps pour choisir son nouveau pays d’adoption. L’histoire d’amour est si forte qu’elle habite et s’entraîne à Leiria, à quelques kilomètres du sanctuaire catholique, et, par chance, où habite également son entraîneur, Paulo Reis.


Avant le départ pour chaque compétition internationale, Auriol ne manque pas de passer par Fatima. Son effort d’intégration est réel. Francophone, elle est devenue très rapidement lusophone également.

Prendre la nationalité portugaise était pour elle une façon de remercier le pays qui l’a accueilli et qui surtout, lui a donné les meilleures conditions pour pouvoir progresser dans son sport.

L’athlète

Outre le poids, son point fort, l’athlète est également lanceuse de disque. Ses progrès sont constants, ayant obtenu son meilleur lancer en juin 2021 à 19,75m, battant le record du Portugal, qu’elle détenait déjà.

Pour mieux situer la performance d’Auriol, voici le record du monde actuel : 22,63m, établi par la russe Natalya Lisovskaya en 1987, sous de fortes suspicions de dopage…

Auriol fait partie de ces nombreux athlètes africains, qui faute d’appuis dans leur pays, se laissent « piquer » par des pays européens plus riches. Nous avons au Portugal le précédent Francis Obikwelu, médaille d’argent des 100m aux Jeux Olympiques de 2004. Il avait été lâché par la fédération de son pays d’origine, le Nigéria, après une méchante blessure.

2018, un fils

En pleine ascension sportive au Portugal, Auriol tombe enceinte. Un fils, né au Portugal, lui donne maintenant encore plus de raisons, s’il en fallait encore, pour représenter son nouveau pays. Sa grossesse, qui avait logiquement interrompu ses entraînements et la compétition, n’ont en rien empêché d’aligner en 2020 les records. Heureuse d’avoir été soutenue par le Sporting lors de sa grossesse, les résultats pour le club ont été largement payants.

Selon ses propres termes, c’est pour lui qu’elle fait tout ça. Et un peu pour nous, les Portugais, fiers d’avoir été choisis par une Portugaise véritablement d’adoption. Ce qui ne l’empêche pas, bien sûr, de sentir la nostalgie du Cameroun, de la famille et de la nourriture camerounaise. Un peu comme tous les Portugais partis, comme elle, à l’étranger à la recherche d’une meilleure vie…


A lire aussi