Açores
Açores

Elections régionales des Açores

Par , le

C'était les élections, aux Açores, pour savoir qui du Parti Socialiste ou du Parti Social Démocrate allait remporter ce gouvernement régional. La droite l'a emporté, mais avec une aide qui sent mauvais.

Les Açores, tout comme Madère, sont une région autonome du Portugal. Comme tel, la région possède un gouvernement régional, ainsi qu’une assemblée législative. Le 25 octobre dernier, c’était les élections, aux Açores, pour savoir qui du Parti Socialiste (PS) ou du Parti Social Démocrate (PSD) allait remporter ce gouvernement régional.

Un PS vainqueur… mais perdant

C’était un test au Parti Socialiste, actuellement au pouvoir au Portugal, et son premier ministre, António Costa. Les résultats sont mitigés. Le PS, arrivé en tête, n’a pas obtenu de majorité absolue, contrairement aux dernières élections.

Le PSD a fait précisément la même chose que pour le PS aux législatives. Une “geringonça”, un “truc”, fait de bric et de broc, pour former son gouvernement régional. Tout comme le PS, l’alliance est contre nature.

Le PSD s’est allié avec le CDS, comme souvent, avec le PPM (parti monarchique). Jusqu’ici, rien de nouveau. Ce qui change, c’est l’accord avec le Chega !

Un accord contre nature

Le nouveau président du gouvernement régional des Açores, José Manuel Bolieiro, peut donc prendre ses fonctions grâce à un parti d’extrême-droite, le Chega, et le Initiativa Liberal.

Deux partis aux antipodes des valeurs de Sá Carneiro, fondateur du PSD.

Il ne s’agit d’un accord formel, écrit, où ces deux partis, bien que ne faisant pas partie de l’alliance de droite au pouvoir, s’engagent à ne jamais voter contre les propositions du nouveau gouvernement.

Le leader du PSD national, Rui Rio, accuse le Parti Socialiste et le Bloco de Esquerda “d’avoir perdu la tête” et indique que le Chega des Açores “s’est modéré”.

Une ligne rouge a été franchie. Allégrement, sans état d’âme particulier de la part des dirigeants nationaux du PSD. Tout pour le pouvoir. Même en France, où le Rassemblement National est puissant, nous n’avons pas d’exemple de ce genre d’alliances, hormis quelques petites municipalités. Le genre d’alliances qui ont descendu les Républicains en enfer et fait monter Emmanuel Macron au pouvoir.

La boîte de Pandore a été ouverte.


Commentaires

A lire aussi