En descendant de la Cruz Alta, on entre dans la Forêt Relique
En descendant de la Cruz Alta, on entre dans la Forêt Relique

Ecologie : partis et associations

Par

Vouloir s’engager pour l’environnement, c’est souvent donner de sa personne dans une association ou un parti. Au Portugal, cet engagement est encore relativement faible, mais progresse.

Deux associations nationales et deux partis politiques œuvrent, chacun à leur manière, pour le respect de l’environnement. Les défis à venir qui se présentent aux portugais sont, fort heureusement, de plus en plus pris au sérieux.

Localement, d’autres associations plus petites existent, dispersées dans tout le pays. Elles s’occupent souvent d’un problème spécifique et très localisé. C’est ainsi qu’avec la menace de l’exploitation du lithium, plusieurs petites associations se sont formées dans les régions menacées.

Quercus, association nationale de la préservation de la Nature

Quercus

C’est l’association environnementale historique, fondée en 1985. Lorsque l’on pense protection de la Nature, c’est à cette association que les portugais pensent en premier.

Leur nom est emblématique. Quercus, en latin, ça veut dire “chêne”, autrefois l’arbre le plus répandu au Portugal. Mais aujourd’hui, c’est loin d’être le cas, les anciennes forêts de chêne ayant été remplacées par des pinèdes, et surtout, des eucalyptus.

Il reste quelques rares forêts de chênes au Portugal, comme la fameuse “Mata do Buçaco“, qui nous donne une idée des forêts d’autrefois.

Ils effectuent de nombreuses actions de sensibilisation auprès du grand public, comme des vidéos (on se souvient de “Global Warming“) ou le classement des plages avec leur label “Qualidade Ouro”.

Lire : Meilleures plages 2019 selon Quercus

Quercus intervient ainsi sur de nombreux projets, et est l’institution de référence lorsqu’il s’agit de demander un avis sur un projet pouvant causer des dégâts environnementaux.

Avec l’exploitation du gaz de schiste et surtout du lithium, l’association a du travail pour les prochaines années, sans compter toutes les autres urgences environnementales.

La cotisation d’un associé adulte est de 20 euros par an. Quercus présente la particularité d’être décentralisée, avec une antenne locale dans presque tous les districts du pays.

Cette organisation non gouvernementale (ONG) n’est affiliée à aucun parti politique.

Quercus.pt

Zero, association système terrestre durable

logo zero

L’association Zero est toute récente. Fondée en 2015, elle est issue de la scission d’éléments issus de Quercus. Ces éléments, pour beaucoup d’anciens cadres de Quercus, sont restés pour la plupart des associés de Quercus malgré leur rupture.

Il s’agissait ici de créer une nouvelle association en parallèle de Quercus, plus en accord avec leurs nouvelles idées. Avec des actions moins “traditionnelles”, plus orientées vers le développement durable et la réduction maximale de l’empreinte humaine sur l’environnement.

Un de ces grands axes est la politique du “zéro déchet” : on ne jette plus rien, on recycle tout.

Ils sont bien plus radicaux que Quercus.

La cotisation par adulte est de 20 euros par an. Pour la première inscription, l’association plante un arbre.

Zero.ong

Partido Ecologista “Os Verdes”

Os Verdes

Ce sont des communistes maquillés en vert. J’exagère à peine. Parti de gauche fondé en 1982, ils ont participé à toutes les législatives depuis 1987 alliés au Parti Communiste Portugais. Ensemble, ils forment la CDU, Coalition Démocratique Unitaire.

L’alliance des écologistes à l’extrême-gauche est un vieux serpent de mer bien connu en France. Difficile de rallier à leur cause les amoureux de la nature qui seraient de sensibilités un peu plus à droite.

Concrètement, leurs actions ne sont pas très visibles pour le portugais commun. On entend beaucoup moins parler d’eux que Quercus par exemple.

Leur travail est différent, il est législatif. C’est directement dans le centre de pouvoir que se joue l’avenir écologique d’un pays.

OsVerdes.pt

PAN, Parti des Personnes, des Animaux et de la Nature

Nous vous avions déjà parlé de ce parti, très radical dans ses actions et ses motivations. Souvenez-vous, la forte contravention si vous jetez un mégot de cigarette par terre, c’est eux.

Comme pour “Os Verdes”, les membres du parti pensent que le combat écologique doit être politique. Mais ils ne se contentent pas d’un combat écologique classique, trop souvent rabâché pour être entendu désormais.

Ils proposent des actions très concrètes, qui vont parfois complètement contre l’avis généralisé des portugais. Pour eux, peu importe, l’important étant de choquer, de provoquer une prise de conscience sur des sujets parfois ignorés.

A l’origine de ce parti, une volonté de donner une voix à l’assemblée à ceux qui n’en ont pas : les animaux. Le Parti Pour les Animaux a été fondé en 2009. En 2011, il se transforme en PAN.

Ils veulent en premier lieu transformer les mentalités portugaises. Dans un monde idéal, nous serions tous végétariens, voire même vegans. Ils veulent protéger l’environnement, l’habitat naturel de la vie sauvage.

Aujourd’hui, de par leur radicalité écologiste, ils séduisent tout ceux qui sentent que nos comportements face à la Nature doivent changer.

En 2019, ils ont réussi à élire 4 députés au parlement, contre 1 seul député auparavant. Par conséquent, ils sont devenus la principale force écologiste et politique du Portugal.

pan.com.pt


Commentaires

A lire aussi