école primaire au Portugal
école primaire au Portugal

L’école au Portugal quand on vient de l’étranger

Par

On ne vient pas habiter au Portugal pour rendre ses enfants malheureux, bien au contraire. L'école, où ils passent la plus grosse partie de leurs journées, joue un rôle fondamental dans leur bien-être et leur avenir. Mais comment choisir la bonne école?


En tant qu’enfant, j’ai souffert du mauvais choix de mes parents. Pendant que mes parents restaient à Paris, je suis allé à l’école au Portugal à l’âge de 12 ans, en vivant chez mes grands-parents. J’ai connu un contraste colossal.

Je passais de mon collège du 20ème arrondissement parisien au « segundo ciclo da escola básica » du village, à 6 km de chez moi. Ce fut un immense choc culturel. Aujourd’hui moi aussi parent, je n’ai pas voulu imposer un tel choix à mes enfants.

Quelle école choisir?

Il n’y a pas de solution toute prête pour inscrire son enfant à l’école au Portugal. Il faut prendre en compte plusieurs facteurs :

  • Le budget, le choix de l’école publique ou privée, internationale ou pas.
  • Futur lieu de résidence. Vivre à Lisbonne vous donnera certainement plus de choix que dans une petite ville de l’intérieur.
  • Âge des enfants. Les décisions sont bien différentes entre un enfant de maternelle et un lycéen.
  • Besoins spécifiques : autisme, TDAH…
  • Sports et activités de votre enfant.
  • Votre attachement à la France.

Les écoles sont en général excellentes au Portugal. Les petits Portugais sont souvent aussi bons ou meilleurs que les petits Français dans les classements internationaux. Le dernier classement PISA met le Portugal au coude à coude avec la France en mathématiques par exemple, devant des pays comme le Luxembourg, l’Espagne, les États-Unis ou Israël…

👉 A moins de venir au Portugal au fin fond d’une campagne avec un adolescent réfractaire qui ne veut pas apprendre la langue portugaise, ça va bien se passer.

Apprendre le portugais

Si je suis venu au Portugal, avec des enfants en bas-âge, c’était en premier lieu pour que mes enfants apprennent la langue portugaise. Et nous le savons tous, le meilleur moment pour apprendre une langue, c’est avant 6 ans.

Aujourd’hui, mes enfants sont parfaitement bilingues, sans aucun accent en portugais ou en français.

Rassurez-vous. Même en venant beaucoup plus tard, les enfants finissent par parler la langue également. En immersion totale ou presque, suivant le choix de l’école, l’apprentissage est plus facile.

De plus, même à mon époque lointaine, dans une école publique à la campagne, il y avait des programmes de soutien à l’apprentissage du portugais. Aujourd’hui, ces programmes existent toujours, et les enfants qui ne parlent pas portugais sont aidés dans leur apprentissage.

👉 Seul bémol à retenir : si vous choisissez une école internationale, où la langue portugaise n’est pas majoritaire pendant les récréations, l’apprentissage sera plus lent. Il n’y a pas de meilleur apprentissage que la pratique en cour de récré !

Structure de l’enseignement au Portugal

Le système éducatif portugais est divisé en plusieurs niveaux.

Les dénominations des classes sont très simples au Portugal. On compte simplement les années, de 1 à 12, l’année 1 étant le CP et l’année 12 la Terminale. Nous avons donc « Primeiro Ano », « Segundo Ano », etc.

Plusieurs niveaux peuvent être regroupés au sein d’un même établissement. Ainsi, nous pouvons avoir des écoles proposant du « pré-escolar » et du « primeiro ciclo », d’autres ne proposant que le « segundo ciclo », d’autres proposant tous les niveaux…

Comparatif des deux systèmes éducatifs

Crèche

La crèche, « creche » en portugais, était jusqu’à récemment rare et chère.

Ces dernières années, le Portugal a lourdement investi dans son réseau « préscolaire », offrant même depuis 2021 la gratuité des crèches.

Le problème : il faut trouver une place de libre, surtout dans les grandes villes. Le réseau public ou les institutions sociales ayant un partenariat avec l’État n’est pas suffisant pour toutes les demandes.

L’alternative privée est souvent hors de prix. Nous avons constaté des prix allant de 200 à 700 euros mensuels. Pas étonnant que les Portugais fassent de moins en moins d’enfants

Crèche au Portugal
Le port de la blouse est presque systématique dans les crèches et maternelles portugaises

À savoir : entre 0 et 12 mois de l’enfant, on parle plutôt de « berçario » que de crèche. La plupart des crèches intègrent des berçarios.

Pré-escolar : la maternelle au Portugal

C’est l’enseignement non obligatoire, avant les 6 ans. Il correspond à la maternelle. Les établissements peuvent s’appeler « jardim de infância » ou « infantário ».

Pendant longtemps, il ne s’agissait que d’une garderie améliorée. C’est fini aujourd’hui, et les apprentissages sont encadrés, avec de vrais objectifs.

Le réseau de maternelles publiques et gratuites est en train de grandir.

Le privé est toujours très présent, avec une offre de grande qualité, de nombreuses activités, mais, comme pour la crèche, est souvent très cher.

La dénomination des classes en crèche ou en maternelle se fait par âge. Vous allez avoir la « sala dos 2 anos », « sala dos 3 anos » et ainsi de suite (salle des 2 ans, salle des 3 ans…).

Ensino básico : primaire et collège

Il s’agit de l’enseignement de base, et obligatoire pour tout le monde. Il correspond à l’école primaire et au collège en France.

L’enseignement basique est structuré en trois cycles.

L’école primaire : primeiro ciclo

Ce premier cycle correspond aux écoles primaires en France. Il ne dure que 4 ans. L’établissement de ce Primeiro Ciclo est populairement appelé « escola primária ».

C’est dans ce premier cycle que réside la principale différence avec la France. Ne durant que 4 ans, les enfants vont plus tôt dans ce qu’en France on appellerait le « collège ». Les petits Portugais sont ainsi obligés, peut-être, de grandir un peu plus vite que les petits Français.

Il n’y a qu’un seul professeur, enseignant toutes les matières ou presque. Parfois, certaines écoles un peu mieux loties peuvent avoir un professeur dédié pour l’anglais, le sport… C’est souvent le cas dans les écoles privées.

Les horaires peuvent être déroutants pour les parents venus de France. L’école, c’est surtout le matin, dès 9h. L’après-midi, les enseignements sont plus légers, et l’école se termine souvent assez tôt (dès 15h30).

Atividades de Enriquecimento Curricular

Après les cours, l’école primaire permet aux enfants d’avoir des AEC, « activités d’enrichissement ». Ce sont des activités ludiques, formatives et culturelles, qui permettent aux enfants de rester un peu plus longtemps à l’école pendant que les parents sont au travail. Ces AEC sont gratuites.

👉 Après les AEC, les parents peuvent également mettre leurs enfants dans des ATL (activités de temps libres) privés, où les enfants font leurs devoirs ou ont une autre activité. Les ATL sont pour toutes les tranches d’âge et sont ouverts aussi pendant les vacances.

école primaire au Portugal
École primaire de Bajouca, petit village du centre du pays.

Collège : segundo et terceiro ciclo

Le « segundo ciclo » n’est constitué que de deux années, le 5º et 6º ano. Le « terceiro ciclo » dure trois années. Ces deux cycles correspondent au collège français. Ils sont le plus souvent regroupés au sein d’un même établissement.

Les horaires sont ici similaires aux horaires des collèges français.

👉 Les Portugais ne disent pas trop « mon enfant est au segundo ciclo », ni même « mon enfant est au ensino básico ». Ils auront plutôt tendance à dire simplement leur classe.

Pour l’enfant, il n’y a pas de différence fondamentale entre ces deux cycles. Ils ont un professeur par matière dans tous les cas, avec un professeur principal chargé de leur classe.

C’est une division administrative.

À savoir : « colégio » en portugais ne correspond pas au collège français. Un colégio est une école privée, peu importe l’âge de ses élèves. Il ne s’agit pas d’un nom officiel, mais d’une dénomination populaire, très souvent utilisée commercialement.

Seule exception, le « Colégio Militar », une institution publique d’enseignement militaire.

Ensino Secundário

Il correspond au lycée français. Comme lui, il dure 3 ans et prépare les élèves à entrer dans l’enseignement supérieur.

On choisit au « secundário » sa future filière, que ce soit dans la filière générale (scientifique, littéraire, sciences sociales et économiques) ou dans la filière technique.

👉 Il existe également des voies professionnalisantes, formant à différents métiers, mais sont assez peu populaires. Nous sommes après tout dans un pays où tout le monde veut être « Doutor ».

Le lycée portugais se termine par une série d’examens nationaux, un peu dans l’esprit du baccalauréat français. Ces examens sont utilisés pour le calcul de la note de candidature aux différents cursus universitaires.

Collège-Lycée du Louriçal, gros village à quelques kilomètres de la ville de Pombal.
Collège-Lycée du Louriçal, gros village à quelques kilomètres de la ville de Pombal.

À savoir : les vacances scolaires au Portugal ne sont pas aussi nombreuses qu’en France, mais les Vacances d’été sont beaucoup plus longues. Il n’y a pas de vacances d’automne ou de printemps, que des vacances de deux semaines à Noël et à Pâques.

Enseignement spécial et inclusif

Les enfants avec des besoins éducatifs spéciaux sont de mieux en mieux pris en charge au Portugal. Depuis 2018, une nouvelle Loi encadre l’éducation inclusive au Portugal. Chaque enfant peut ainsi bénéficier d’un plan éducatif individuel au sein de n’importe quelle école.

Dans les faits, l’école doit évaluer les besoins spécifiques de l’enfant, et apporter une réponse adéquate. Un programme adapté, un professeur plus attentif ou un professeur spécialisé supplémentaire, chaque enfant a des besoins différents.

Pour les enfants porteurs d’un handicap permanent, il existe aussi une allocation d’éducation spéciale, visant à compenser les frais inhérents au handicap.

👉 Parfois, certains handicaps beaucoup plus lourds ne permettent pas de rester dans une école classique. Il existe au Portugal le réseau CERCI, spécialisé dans l’éducation des enfants « inadaptés ».

École privée ou école publique ?

Les écoles privées au Portugal sont chères, mais donnent une certaine garantie de qualité. Il y a moins de grèves ou pas du tout, les professeurs sont plus détendus, les installations sont souvent superbes…

Chaque année, le classement des meilleurs lycées portugais est complètement dominé par les écoles privées. La meilleure école publique n’arrive en 2022 qu’en 49ème position.

Pour un Portugais qui a les moyens, il n’y a donc pas de débat. 20% des élèves portugais sont ainsi dans l’enseignement privé. Le programme scolaire est le même que dans le public, mais il y a un accompagnement, une attention particulière que l’on ne voit que rarement dans le public.

Certaines écoles publiques tirent leur épingle du jeu, et tiennent la comparaison avec les écoles privées. Des professeurs inspirés et motivés ou une situation dans un quartier privilégié peuvent expliquer ces bons résultats.

L’église catholique détient une grande partie des écoles privées. Elle impose une rigueur et une attention à son enseignement, fruit d’une expérience de plusieurs siècles, lorsque seule l’église avait ce rôle éducatif.

Écoles Internationales

Au sein des écoles privées existe une catégorie à part, les écoles internationales. Obéissant à des programmes étrangers, elles ne rentrent pas dans les classements nationaux des meilleures écoles. Leur enseignement est bilingue.

Impossible donc de savoir avec exactitude quelle est la meilleure, entre l’école française, allemande ou britannique.

Ces écoles avaient été fondées par des étrangers au Portugal qui souhaitaient que leurs enfants puissent continuer leur scolarité comme s’ils étaient chez eux. C’est ainsi qu’est née la Oporto British School en 1894, la plus ancienne école britannique en Europe en dehors du Royaume-Uni.

Malgré cette internationalisation, les écoles internationales sont obligées d’enseigner certaines parties du programme de l’enseignement portugais. Aucun enfant au Portugal ne peut échapper aux cours de portugais ! Ceux qui viennent de l’étranger et qui ne parlent pas encore le portugais ont ainsi des cours de soutien et rattrapage.

Les écoles internationales ont été prises d’assaut par la bourgeoisie portugaise, à la recherche d’une éducation différente, qui puisse ouvrir les enfants sur le monde, et surtout, leur apprendre une deuxième langue. Les Portugais sont devenus majoritaires dans la plupart des écoles internationales du pays.

Lycée français de Porto
Lycée français de Porto

L’école française au Portugal

Le Portugal a deux écoles françaises, une à Lisbonne, l’autre à Porto, qui vont de la maternelle à la terminale.

La France a la chance d’avoir un réseau scolaire à l’international unique au monde, le réseau AEFE, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger. Il s’agit d’un héritage du passé, lorsque le français était la langue de la diplomatie. En tant que tel, les nombreuses écoles françaises à l’étranger ont toujours une certaine aura de prestige intimement liée à la France.

Les personnes qui changent souvent de pays, même lorsqu’elles ne sont pas francophones, choisissent souvent une école française pour scolariser leur enfant. Ce choix leur garanti d’avoir pour leurs enfants un suivi de leur scolarité à peu près identique où qu’ils aillent. Il existe une véritable communauté des écoles françaises à l’international, les échanges étant nombreux entre les écoles.

Au Portugal, les Portugais qui en ont les moyens, et qui cherchent une école privée, internationale et moins exclusive que les autres écoles privées réservées aux élites optent souvent pour une scolarisation dans l’école française.

Ce phénomène est plus marqué au Lycée Français International de Porto, où 70% des élèves sont portugais. A Lisbonne, les Portugais sont moins nombreux, le Lycée Français Charles Lepierre étant très fréquenté par des Français expatriés.

Les deux principales écoles françaises du Portugal sont très prisées parce qu’elles sont, en plus de leur qualité, relativement peu chères face à la concurrence. L’école britannique de Porto, pour ne citer que cet exemple, est deux fois plus chère que l’école française !

D’autres écoles privées enseignent en français. C’est notamment le cas de la Redbridge School, qui enseigne jusqu’au collège. Elle est en revanche beaucoup plus élitiste et chère que les deux Lycées français.

À savoir : les vacances des écoles françaises du Portugal sont calquées sur les vacances en France. Les élèves ont donc des vacances en automne et au printemps, alors que le reste du Portugal est à l’école…

Pourquoi choisir l’école française au Portugal ?

Pour un Français, ça coule presque de source. Les enfants sont Français, et le retour en France est envisagé. Pour assurer un retour sans accroc, scolariser son enfant dans un école française donne l’assurance d’une continuité pédagogique.

C’est souvent le premier choix des expatriés, ceux qui sont venus pour le compte de leur entreprise basée en France. Leur séjour au Portugal est limité dans le temps, et les frais de scolarité sont presque toujours pris en charge par l’entreprise.

👉 Si le retour en France n’est pas envisagé, c’est plus compliqué.

Voulez-vous garder une double culture, une ouverture à l’international, un enseignement de qualité ? Ce qui attire les Portugais vous attire aussi, et à raison. Cette scolarisation est bien sûr seulement possible si vous habitez Lisbonne ou Porto.

Si vous habitez ailleurs que dans ces deux grandes villes, c’est plus facile : quand on a pas le choix, on se pose moins de questions. L’école du coin sera très bien. Peut-être même meilleure que votre école de quartier en France. Dans tous les cas, vous serez au Portugal, le pays que vous avez choisi. Un pays où il fait bon vivre et où les enfants peuvent grandir en sécurité.

J’ai dans ma famille de nombreux exemples de cousins qui ont fait toute leur scolarité dans le public au Portugal, et sont partis vivre à l’étranger, en tant qu’ingénieurs. Ce sont des citoyens du monde et très ouverts sur les autres. Alors l’école française n’est peut-être pas si nécessaire que ça?

👉 Avec l’argent économisé en mettant votre enfant dans une école publique, vous pouvez peut-être lui payer des cours particuliers. Ils sont relativement peu chers, et sont d’une très grande aide pour simplifier la vie scolaire de vote enfant à ses débuts.

👉 En ce qui concerne l’enseignement du français, les cours du CNED rendent un bon service aux Français de l’étranger. Il s’agit de compléter l’enseignement local avec des cours à distance des matières spécifiques à la France.

Ce centre scolaire englobe une maternelle et une école primaire. Il s’agit d’une école publique.

Les bourses scolaires de l’AEFE

Dans un monde idéal, l’argent ne devrait pas rentrer dans l’équation au moment de choisir l’école de ses enfants. Encore plus dans une école française à l’étranger, pour des enfants ayant la nationalité française.

Beaucoup de personnes sont surprises du coût de l’école, comparable aux autres écoles privées du Portugal. Les Portugais pensent souvent par exemple que l’école est gratuite pour les Français.

Ce n’est pas le cas, mais ce n’a pas toujours été comme ça. Au gré des politiques, les coûts de l’école changent. Certains présidents de la République les ont rendues gratuites, d’autres payantes. Pour compenser ces coûts, des bourses ont été instituées.

Les bourses de l’AEFE sont délivrées sur critères sociaux, mais peu de gens en bénéficient. Par exemple, à Porto, si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier d’une valeur d’au moins 200 000 euros et que vous avez fini de payer le crédit, vous êtes éliminé d’office.

Inutile donc, de beaucoup compter sur les bourses au moment d’inscrire son enfant dans une école française. Il vaut mieux compter sur un changement de politique !

Un choix de vie

Finalement, le choix de l’école est propre à chacun. Que voulons-nous pour nos enfants? Pour ma part, je suis venu au Portugal pour eux, sans être fâché avec la France. Étant totalement libre du choix de mon lieu de vie, j’ai choisi la meilleure scolarisation possible à mes yeux pour mes enfants. Un choix idéal pour vivre pleinement la double culture, française et portugaise.

Porto, ville plus humaine et accueillante que Lisbonne, dont l’école française est majoritairement composée de Portugais, était mon premier choix. De plus, le coût de la vie à Porto rendait le projet réalisable, Lisbonne et son immobilier étant hors d’atteinte.

Ponte Luiz
Le Pont Luis de Porto. C’est aussi pour lui que je suis venu au Portugal !

En quittant la France, j’ai mis mon appartement en location. C’est cette location qui finance l’école, mais c’est aussi cette location qui m’empêche d’avoir la bourse. C’est beaucoup par rapport à mon budget total, mais c’est un choix de vie, qui ne durera de toute façon que le temps de la scolarité des enfants.

D’autres personnes ont vendu leur logement en France et racheté un logement au Portugal un peu moins cher. La différence entre les deux logements leur permet de financer l’école sur plusieurs années. Ils sont nombreux à trouver des solutions financières.

Combien coûte le crédit de votre voiture neuve? Est-ce que le surcoût d’une Mercedes par rapport à une Renault vaut le coup? Entre une voiture qui coûte 30 000 euros et une autre qui coûte 60 000, la différence finance 6 ans de scolarité !

Chacun verra midi à sa porte. Pour moi en tout cas, oui, mes objectifs sont atteints. J’ai des enfants parfaitement bilingues, riches de deux cultures, évoluant dans un milieu propice au développement de leurs qualités sans restrictions.

close
Abonnez-vous à notre newsletter.
Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi