Mains menottées
Mains menottées

« A culpa morre solteira », la culpabilité meurt célibataire

Par

La culpabilité, ou la faute, meurt seule, célibataire. Dans un pays où il n'y a jamais de coupables, cette expression revient malheureusement très souvent...


On dit que la culpabilité meurt célibataire, parce que personne ne veut se marier avec elle. Il n’y a donc personne pour assumer la faute… que des irresponsables.

« Ce n’est pas de ma faute » ou encore « ce n’est pas moi, c’est l’autre ».

Combien de fois avons-nous entendu ça?

Trouver le coupable

Cette expression est donc particulièrement adaptée lorsqu’il s’agit de trouver des responsables. En cas de moindre pépin, il n’y a plus personne, plus de chef qui assume.

C’est peut-être le visage d’un pays qui n’a pas de véritable « patron »? Vous savez, ceux qui ne font qu’exploiter leurs employés sans jamais véritablement investir en eux…


Dès qu’il y a un problème, ils fuient avec la caisse, en disant que c’est de la faute à la conjoncture, à pas de chance. Ce n’est jamais de la faute de leur manque de vision, jamais de leur manque d’investissement.

Lire : les patrons portugais

Mais il y a pire. Lorsqu’il y a une catastrophe, comme l’incendie de Pedrógão Grande. Malgré les proportions dantesques de l’incendie et les nombreuses victimes, c’est juste la faute à pas de chance.

Il est clair que les conditions climatiques étaient exceptionnelles, mais et le travail de prévention, a-t-il était fait ? Les moyens nécessaires pour lutter contre l’incendie, ont-ils été attribués ? La manutention des systèmes d’alerte, était elle effective ?

Des millions ont été dépensés afin de lutter contre les incendies, où sont les résultats ?

Le bouc-émissaire

Lorsqu’il s’agit de trouver absolument un responsable d’une catastrophe, ça sera toujours le « petit », celui qui au final a peut-être le moins de culpabilité dans l’histoire. On donne en pâture à l’opinion publique quelqu’un qui n’était qu’un petit exécutant.

Vous savez, comme lorsque l’on punit lourdement le petit dealer de drogue plutôt que celui qui importe la drogue dans notre pays.

Impunis

Dès qu’il y a une affaire, un scandale, un crime impliquant quelqu’un de « puissant » au Portugal, vous aurez un immense battage médiatique… et peu de résultats concrets.

Nous savons bien que personne ne doit être condamné par le tribunal médiatique et encore moins par la vindicte populaire. Mais il faut avouer que c’est devenu pratiquement systématique, les coupables ne sont jamais condamnés.


A lire aussi