bacalhau
bacalhau

Consoada et Réveillon au Portugal : apprenez à les distinguer !

Par

Le mot Réveillon existe en langue portugaise, mais il n'est réservé qu'au Réveillon du Jour de l'An.


Le Réveillon de Noël se dit en portugais « Noite da Consoada », la nuit de la « Consoada ». Mais que signifie ce terme, qui même pour un Portugais est quelque peu obscur ?

Consoada, le repas du Réveillon de Noël

Consoada, c’est un mot qui nous vient du nord du Portugal. Il était autrefois peu utilisé dans le sud, où l’on va plutôt utiliser le terme « Ceia de Natal« , en français, repas de Noël.

Filhós
Il est de coutume de manger des Filhós à Noël. Il s’agit d’un beignet fait traditionnellement à base de citrouille. Chaque région aura ses variantes, ici, ce sont celles de ma mère, comme on les mange à Pombal ou Leiria.

On entend pour la première fois parler de ce terme au XVIe siècle. Mais il y a 500 ans, il n’avait pas du tout le sens qu’il a aujourd’hui. Et pour cause ! Il signifiait « repas léger », sans viande, que l’on prend la nuit les jours de jeûne.

Consoada nous vient du latin « consolata« , qui est également à l’origine de notre français « consolation« . Il s’agissait donc d’un repas qui réconforte, qui soulage, après une épreuve difficile, le jeûne. On devine le glissement, où d’un simple repas frugal, mais qui fait du bien, on passe aux excès de Noël, signes de notre temps.

Je me demande, moi, s’il n’y a pas un rapport avec la messe de minuit, la « Missa do Galo », « messe du coq » en français. Fallait-il manger léger avant la messe ? Ou bien, pour ceux qui revenaient de la messe, fallait-il plutôt manger abondamment pour fêter la naissance de Jésus ? Quoiqu’il en soit, il semblerait qu’autrefois, on tuait à l’occasion de Noël un coq (d’où le nom), que l’on offrait aux pauvres. Les pauvres avaient du chapon pour Noël !


Lorsque Ramalho Ortigão, grand intellectuel portugais de la fin du XIXe siècle, évoqua que le véritable réveillon de Noël était celui du nord, la « consoada » du Minho devint de plus en plus nationale. Pour Ramalho Ortigão, il s’agissait de défendre nos traditions les plus portugaises, loin des influences étrangères.

Ramalho ne serait pas content de savoir qu’on utilise de plus en plus le mot « Réveillon »…

bacalhau
Le bacalhau, la morue. Ce plat est le roi de Noël, le repas de la Consoada par excellence, ou surtout dans le nord, le poulpe. En alternative plus internationale, manger de la dinde est également une possibilité.

Réveillon, que pour le Jour de l’An !

Nous avons toujours fêté le passage de l’année au Portugal. Mais on va plutôt dire « passagem do ano novo », le passage du nouvel an, tout simplement. Alors pourquoi cette introduction d’un mot français ?

Parce qu’il n’a pas vraiment le même sens.

Le Réveillon au Portugal, c’est la grande fête, celle que l’on fait avec des amis. Une fête que l’on fait souvent au restaurant, en boîte de nuit ou ailleurs. A minuit, on part regarder les feux d’artifices, après avoir bien sûr ouvert le champagne.

Nous ne parlons donc pas du repas que l’on fait la nuit de la Saint Sylvestre en particulier. Il s’agit vraiment de la fête, dans son ensemble, du 31 décembre au 1er janvier. C’est un terme utilisé dans un but essentiellement commercial, afin de distinguer cette nuit particulière des autres, à commencer par celle de Noël !


A lire aussi