Luis de Camões
Luis de Camões

Qu’est-ce qu’un bon Portugais ?

Par

Quoi de plus subjectif que cette question ? Je l'ai posée sur les réseaux sociaux, afin d'avoir une idée de ce que les gens pensent. C'est assez différent de ce que j'imaginais.


Précisons tout de même : la plupart des personnes qui ont répondu habitent à l’étranger, en France notamment. Ils s’expriment donc surtout en regardant les Portugais qu’ils côtoient, ceux qu’ils connaissent et qui habitent à l’étranger.

D’autres n’ont tout simplement pas compris la question, ou alors l’ont trouvée idiote.

Aucune question n’est idiote. Affirmer cela, c’est s’empêcher de se poser des questions, et par conséquent de rester enfermé dans ses certitudes.

Citoyen du monde

Pour certains, un bon Portugais, ce n’est qu’une personne entre autres. Nous sommes tous des humains, et il n’y a pas lieu d’être un « bon » quelque chose d’un pays en particulier. Des citoyens du monde, en quelque sorte, idéalement sans racines ni fierté nationale.

Je cite un des commentaires les plus populaires : « Un être humain comme toute personne vivant sur cette planète ».


Bon, ce n’est pas une réponse à la question.

Un amoureux de la gastronomie portugaise

Pour être un bon Portugais, il faut manger des plats typiques portugais. Il est vrai que nous sommes ce que nous mangeons. Mais est-ce que si je mange du bacalhau tous les jours, je suis plus Portugais que celui qui n’aime pas ça ?

Il se trouve que, par hasard, je n’aime pas les fruits de mer. Pourtant, c’est une institution de la gastronomie portugaise. Je fais comment ?

Alors oui, pour ma mère, si je ne mange pas un carne de porco à alentejana, je ne suis pas un bon fils, mais en suis-je moins Portugais ? Rien n’est moins sûr. Mais oui, la gastronomie, à défaut de faire de nous des « bons » Portugais, nous aide à nous intégrer au Portugal. J’adore le pastel de nata, ouf !

Fêtes de village et gastronomie populaire portugaise : Tasquinhas
Fêtes de village et gastronomie populaire portugaise

Un travailleur

C’est une qualité indéniable que l’imaginaire collectif français attribue volontiers aux Portugais de France. Nous sommes des travailleurs infatigables, débrouillards, qui n’attendent pas que ça tombe du ciel pour avancer.

C’est sans doute vrai, mais cette opinion n’est déjà plus du tout valable pour les Portugais du Portugal.

Là, nous allons souvent avoir des réponses du genre « ils passent leur vie au café ».

Comme par magie, le Portugais devient bosseur s’il émigre?

Ce n’est donc pas ça non plus qui peut vraiment nous dire ce qu’est un « bon » Portugais.

Un gentil et bon vivant

Un bon travailleur est aussi un bon vivant. On se demande si c’est compatible, mais oui, c’est peut-être une belle caractéristique portugaise.

On aime bien manger, on aime faire des fêtes (et non pas « la fête »), se retrouver entre amis dehors autour d’un bon churrasco. Le Portugais apprécie la vie.

C’est peut-être pour ça qu’on le voit au café, plutôt que de se tuer au boulot ?

Ah, encore une incohérence ?

Je dirais plutôt : on bosse comme des fous, mais quand on se repose, on ne fait pas semblant !

Celui qui prête son rasoir à sa femme

Nous avons eu le droit, dans les réponses, à quelques blagues sur les Portugais, dont celle-ci. D’autres, toujours dans le même esprit, disent que le « bon » Portugais est celui qui pète à table, mange comme un cochon et ne fait rien à la maison.

Vous savez, c’est en « plaisantant » qu’on véhicule une mauvaise image de nous. Il n’y a pas d’auto-dérision qui tienne ici. D’ailleurs, à regarder de plus près, certains de ces commentaires ont été faits par des personnes aux noms « bien » français…

Je milite pour qu’on arrête de se moquer de nous. Que ce soit des « Français de souche » on de « bons » Portugais de France.

Si vous ne savez pas ce qu’est un bon Portugais, en tout cas, vous savez ce qu’est un mauvais Portugais.

Un amoureux du foot ?

Ce n’est pas une réponse qui est revenue souvent, j’en suis le premier étonné. Il y a bien eu quelques personnes pour dire qu’il fallait prendre Cristiano Ronaldo pour Dieu ou quelque chose d’approchant, mais pas grand chose d’autre…

On a bien un « il vibre avec la Seleção », et heureusement. C’est au final le sport roi, et on est toujours contents lorsque des Portugais gagnent.

Curieusement, personne n’a évoqué non plus « bon chrétien« . Les temps changent. Autrefois, un bon Portugais était avant tout un bon Chrétien.

Donc soyez rassurés : ce n’est pas être un bon Portugais que d’aimer plus que de raison le foot. Du moins, selon les personnes qui ont commenté sur nos réseaux sociaux…

Fier de ses origines

La simplicité fait des merveilles. Pour être Portugais, il suffit tout simplement d’être fier de l’être. C’est sans doute la meilleure réponse, celui qui n’a pas honte de dire qu’il est Portugais, qui le revendique même, c’est lui que le Portugal peut remercier.

Un bon Portugais, c’est celui qui honore le Portugal

Ramalho Ortigão
Ramalho Ortigão, défenseur de la culture Portugaise. Pour moi, un « bon Portugais ».

C’est ce que je pense, comme d’autres. Chacun peut « honorer » le Portugal, à sa façon. Pour moi, c’est en faisant connaître la culture portugaise auprès de ceux qui n’ont pas la chance de maîtriser la langue de Camões. Pour d’autres, ça sera en marquant des buts. Pour d’autres encore, ça sera en créant une entreprise au Portugal.

Un bon Portugais, ça pourrait être tout simplement quelqu’un qui ne fait pas honte au Portugal.

En résumé, que faut-il pour être un « bon Portugais » ?

Pour moi c’est simple : connaître la langue Portugaise. Si vous ne le savez pas, apprenez. C’est la base pour avoir accès à la culture portugaise. Mon rêve ? Qu’au lieu de venir sur Portugal en français pour mieux connaître le Portugal, vous alliez sur Caminhos de Portugal

« Ah mais les Brésiliens parlent en Portugais, ils sont de bons Portugais ? »

Oui, je crois en une Nation de la Lusophonie.

close
Abonnez-vous à notre newsletter. Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi