mouette
mouette

Il y a trop de mouettes et de goélands à Porto !

Par , le

C’est une calamité qui frappe presque toute la côte portugaise. L’aire métropolitaine de Porto a décidé d’agir.

5 des 17 municipalités de l’aire métropolitaine de Porto vont allouer un budget pour lutter contre la prolifération de mouettes et de goélands. Il s’agit des municipalités côtières, sauf Espinho. Le maire de Espinho, qui s’est abstenu, estime qu’il s’agit d’un problème où les 17 municipalités devraient être solidaires.

Matosinhos, Porto, Póvoa de Varzim, Vila do Conde et Vila Nova de Gaia vont ainsi financer une étude et le plan d’action qui en découlera.

Note : en portugais, le terme “gaivota” est le mot générique pour mouette ou goéland. Sur la photo de l’article, il s’agit d’un goéland.

Actions concrètes

Les pistes pour lutter contre la prolifération de ce volatile sont essentiellement deux : détruire leurs oeufs, et contrôler les décharges publiques.

La tâche semble ardue. La destruction des oeufs implique de nombreux moyens humains. Le contrôle des décharges exige lui d’importants financements et sans doute une façon différente d’envisager la gestion des déchets.

Goélands et santé publique

Les mouettes et les goélands sont un problème de santé publique. Comme les rats, elles sont vecteur de maladies. De plus, il s’agit également d’un problème de sécurité publique. Leurs déjections attaquent les façades des immeubles et polluent l’espace public.

Leur quantité commence à être ingérable, comme l’avait prédit en 2008 la première étude portant sur leur prolifération.

Cette première étude affirmait que seule la réduction de leurs sources d’alimentation (les décharges ou les poubelles) et l’impossibilité pour les mouettes de faire leurs nids pouvait enrayer leur prolifération.

Au vu de leur nombre observé sur les plages du nord du Portugal, la partie semble difficile de gagner.


Commentaires

A lire aussi