Gustavo Ribeiro
Gustavo Ribeiro

Il n’y a que le foot qui compte au Portugal

Par

En cherchant des infos sur les Portugais des Jeux Olympiques, une évidence : les médias portugais s'en fichent du Sport. On a le foot, et ça suffit.


C’est bien simple, des trois quotidiens nationaux sportifs, aucun n’a mis en une une info en rapport avec les Jeux Olympiques. Ils ne le feront seulement si un Portugais remporte une médaille. Pire, ils peuvent le faire si une info extra-sportive vient entacher notre prestation… heureusement que c’est rare !

Pourtant, nous avons quelques champions dignes d’intérêt.

Page d’accueil des médias sportifs portugais

Observons la première chose qui est donnée à voir aux internautes lorsqu’ils visitent les sites de leurs quotidiens sportifs préférés.

A Bola
A Bola

On observe que le Benfica va peut-être réussir à acheter un nouveau joueur de foot. En dessous, José Mourinho et l’AS Roma. Si on zappe vers une autre info (les chiffres en haut, de 1 à 12), on remarque que la première info en rapport avec les JO n’est que 7ème position.

On ne voit, sur cette page d’accueil, rien d’autre que le foot. On ne nous parle même pas de l’élimination de Telma Monteiro ou de la victoire de Fu Yu… Si vous me dites que ce n’est pas important, parce qu’il n’y a pas encore de médaille, je pense que la rumeur d’un certain Kaio Jorge, qui n’est même pas une confirmation, n’est pas vraiment plus importante que les prestations de nos sportifs à Tokyo…


Record, page d'accueil
Record, page d’accueil

Record fait un peu mieux que “A Bola”, et on aperçoit, tout en bas, un petit lien qui résume le troisième jour des Jeux Olympiques, et un lien en bas à droite pour tout savoir sur les Jeux. Mais on remarque toujours l’écrasante proéminence du foot, qui, même pour ce qu’on pourrait considérer de complètement anecdotique, est bien mieux placé sur le site que nos athlètes olympiques.

O Jogo, page d'accueil
O Jogo, page d’accueil

Pour O Jogo, strictement rien. On parle d’un certain Bruno Alves et d’un certain Fábio Silva, joueurs de foot. On nous donne les états d’âme d’un certain Loum, un joueur prêté par le Fc Porto à un club espagnol.

Maintenant, comparons avec la France, et son seul quotidien sportif, l’équipe.

Page d'accueil de l'équipe
Page d’accueil de l’équipe

La “Une” de l’équipe parle d’elle-même. On nous parle de judo. On nous met en premier lien tout en haut les JO de Tokyo. Et là, tout est dit, tout est expliqué. On s’en fout du transfert d’un obscur joueur étranger vers un autre club.

Pour mon (dé)plaisir, je suis parti regarder la Une d’un journal portugais de référence, Público, et que j’apprécie.

Page d'accueil de Público
Page d’accueil de Público

Presque rien sur la page d’accueil. Ah, si, tout en bas à droite, on aperçoit un joueur portugais de handball. Il faut dire que l’équipe a réalisé un exploit, en gagnant pour la première fois un match olympique.

Pour être honnête, si on clique sur la rubrique “desporto” (sport) de Público, on nous parle des Jeux Olympiques. Des Portugais, mais aussi des autres. C’est un bon point pour un site d’informations généralistes. On ne peut pas vraiment dire la même chose de CMTV, principal organe d’info en continu portugais.

Page d’accueil de CMTV

Rien sur la page d’accueil. Dans les rubriques, ce n’est pas compliqué, c’est “futebol” que l’on peut voir en haut du site.

Un jour, les autres sports seront visibles

Au fait, sur la photo qui illustre notre article, c’est Gustavo Ribeiro, qui a terminé 8ème des Jeux Olympiques en skate. J’avais cru, il y a longtemps, que nous aurions plus d’intérêt médiatique pour d’autres sports que le foot. Les victoires en athlétisme ou en judo par exemple, auraient pu améliorer la visibilité de ces autres sports.

Que nenni. Ou alors juste un petit peu.

Après, il ne faut pas s’étonner si les Portugais se font laminer aux Jeux Olympiques. Pourtant, ceux qui osent faire un autre sport luttent, luttent beaucoup. Dans des conditions souvent mauvaises, où les athlètes doivent faire un job à côté pour vivre.

Je le vois, à ma petite échelle, la différence de traitement entre les sports à l’école de mes enfants. Le foot est roi, très loin devant tous les autres. Et vous savez quoi? Ce n’est pas forcément un choix des parents ou des enfants. Disons qu’il est plus facile de mettre son enfant au foot qu’au volley, hand, basket et tant d’autres sports.

De plus, si à la télévision, nous sommes matraqués par le foot et son héros, Cristiano Ronaldo, comment faire découvrir aux enfants d’autres sports? Un sport peut-être même plus adapté à leur morphologie ou à leurs goûts. Combien d’enfants ne pratiquent pas de sport parce qu’ils ne sont pas bons en foot, alors qu’ils auraient pu être des champions en rugby? Ils n’ont même pas eu l’opportunité de s’essayer au rugby…


Commentaires

A lire aussi