arret bus
arret bus

Attendre un bus

Par

C’est dans les détails du quotidien que l’on connait la culture d’un peuple. Attendre un bus est emblématique des portugais.

Ce matin, je regardais distraitement les gens passer, rue du Bonfim à Porto. Vu d’en haut, certaines choses semblent beaucoup plus évidentes. Là, l’évidence, c’était le respect à l’arrêt de bus.

File indienne en attendant le bus.

En regardant en bas, j’ai été surpris par l’alignement impeccable de gens qui attendaient leur bus. Chaque personne se met tranquillement à attendre à la queue-leu-leu, par ordre d’arrivée. Personne pour tenter d’aller plus vite que l’autre, personne pour râler.

Rappelez-vous, le portugais n’est pas pressé.

Et cet état d’esprit change tout. Quelqu’un arrive dans le sens inverse de la file, et le bus est déjà là ? Ce n’est pas grave, il laisse tout le monde passer, et invite même une mamie un peu moins pressée à monter.

C’est une forme de respect parfaite. Et… c’est complètement normal ! Personne ne penserait à faire autrement.

Attente dans le calme
On ne se bouscule pas, jamais.

Arrêt en plein milieu de la rue ?

Le livreur, qui arrive en camionnette, s’arrête tranquillement en plein milieu de la rue. On pourrait croire qu’il s’agit d’un manque de respect. Il pourrait très bien monter quelques mètres plus haut.

voiture en plein milieu.
On contourne, c’est pas grave.

Mais est-ce que ça dérange vraiment ? Il va livrer des meubles lourds. Les automobilistes qui passent par là mettent tout simplement leurs clignotants et le contournent. Pas de stress, tranquille. Il y en a même qui profitent de la livraison pour se garer derrière, en attendant que le copain qu’ils sont venus chercher monte dans la voiture.

Pas un coup de klaxon, rien. La rue du Bonfim, pour ceux qui ne connaissent pas, est tout de même une rue très mouvementée de la capitale du nord du Portugal.


Commentaires

A lire aussi