Université du Minho : l’uniforme et le genre

Par , le

Un étudiant désireux de porter le "traje académico" de l'université du Minho peut désormais choisir le genre de celui avec lequel il s'identifie. Dit autrement, un garçon qui s'identifie comme étant une fille peut porter l'uniforme féminin.


Le “traje” académique, c’est une tradition bien portugaise. Autrefois, cet uniforme était obligatoire dans toutes les écoles, de la primaire à l’université. Avec l’arrivée de la démocratie, cette imposition fut abolie. Néanmoins, les institutions d’enseignement supérieur avaient décidé de le garder, non plus comme une obligation, mais comme un honneur.

Un honneur, parce que le traje que l’on porte montre à la communauté que nous faisons partie du monde académique. Nous sommes fièrement membres de l’université, et avons accepté, pour porter l’uniforme, les règles de la “Praxe”. Pour faire simple : il faut accepter d’être bizuté pour pouvoir le porter.

Ce n’est donc pas qu’un simple vêtement !

traje université du minho
Le traje de l’Université du Minho. Il est très original, avec son tricorne.

Décision historique

C’est le “Cabido de Cardeais” qui décide à l’Université du Minho les règles de la Praxe. Le cabido, c’est un groupe d’étudiants vétérans, gardiens des traditions et de ses règles. Ils décident, entre autres, des règles du port du traje. Ici, pour la première fois dans l’histoire de l’enseignement supérieur portugais, on autorise une personne à choisir librement le genre de son uniforme.

Le Cabido précise toutefois qu’il n’est pas possible de mélanger des éléments du traje féminin avec le masculin. Impossible donc de porter la jupe avec le pantalon.


Objectifs de l’uniforme remplis

Le Cabido précise que l’objectif premier des uniformes scolaires était celui d’atténuer les différences sociales, personnelles ou économiques. C’est aussi pour cette raison qu’il est également interdit, pour ceux qui portent un uniforme, de ne pas porter d’accessoires visibles ne faisant pas partie de l’uniforme.

Cette mesure permet ainsi d’inclure des personnes qui s’excluaient automatiquement de la Praxe. Tant qu’elles respectent rigoureusement le port de l’uniforme qui a été choisi !

A titre personnel, cette mesure est positive. Mais nous pourrions aller plus loin encore : en finir avec les différenciations genrées d’uniformes. Le même pour tout le monde, fille ou garçon. Je me souviens de mes temps d’étudiant, où moi aussi je portais le traje fièrement, ne pas trop comprendre pourquoi une fille ne pouvait pas porter un uniforme avec pantalon…


Commentaires

A lire aussi