immigrés sur un bateau en Méditerranée
immigrés sur un bateau en Méditerranée

Miguel Duarte, sauveur de vies en Méditerranée

Par

En 2019, le jeune homme avait participé au sauvetage de naufragés. Il risquait une lourde peine de prison. Pour l'aider, une campagne de crowdfunding avait été lancée. Il a été relaxé en 2021.


Un jeune homme engagé

Miguel, 26 ans en 2019, aurait pu être un étudiant comme les autres. Doctorant en mathématiques au Instituto Superior Técnico (ce qui se fait de mieux en matière d’enseignement au Portugal), il a pourtant interrompu ses études. Engagé auprès de l’ONG allemande Jugend Rettet depuis 2016, il a, avec ses collègues, sauvé des milliers de vies.

D’autres diront « aidé des immigrés illégaux a venir chez nous ».

Miguel nous a fait une petite vidéo où il explique son engagement.

Il s’exprime en portugais, avec des légendes en anglais.

La Méditerranée, ce cimetière

Les autorités italiennes, qui ne savent plus comment affronter le flux continuel de migrants ont décidé d’agir. Depuis l’arrivée de Salvini au pouvoir, le raisonnement est simple : empêcher coûte que coûte l’immigration illégale. Ceci passe par empêcher les ONGs qui viennent en aide aux rescapés de faire leur travail.


D’autres diront : faire le travail des passeurs, et un appel d’air, une invitation à nous envahir.

Quoiqu’il en soit, des milliers de jeunes gens meurent tous les jours dans les eaux de la Méditerranée. Nous n’avons pas de chiffres précis. Certains parlent de 2260 noyés en 2018. En 2021, en juillet, 1000 personnes environ était déjà décédées depuis janvier selon l’OIM.

Pour avoir une idée plus précise de la dimension de la tragédie, je vous invite à regarder cette longue interview de Frédéric Penard, de SOS Méditerranée :

Duarte risquait 20 ans de prison

Relaxé en mars 2021 par la justice italienne, Miguel Duarte ne fera pas de prison.

Il risquait tout de même la peine d’emprisonnement maximum. Il s’agit d’une peine équivalente à avoir tué ou violé par exemple, voire même plus grave. Sauf qu’ici, Miguel Duarte a, littéralement, sauvé des vies. Ou aider à passer la mer, si on préfère.

Lui et ses compagnons à bord du Iuventa ont, en tout, aidé environ 14 000 personnes. On dirait beaucoup, mais il s’agit d’une tribune d’un stade de foot moyen. D’un gros village.

L’ONU s’inquiète du sort réservé aux ONGs, interdites et poursuivies en justice. A cela s’ajoute la fermeture des ports, personne ne voulant de migrants chez soi. Pour l’ONU, il s’agit d’une claire enfreinte aux Droits de l’Homme, que pourtant chaque nation européenne s’était engagée à respecter.

Avec le COVID-19 et les confinements qui ont suivi, nous ne mesurons absolument pas quelles ont été les conséquences sur les migrations.

Un financement participatif

Miguel Duarte
Miguel Duarte

Pour faire face aux coûts judiciaires, une campagne de crowdfunding (financement par la foule) avait été lancée par HuBB – Humans Before Borders. Chaque personne désirant contribuer, pouvait donner quelques euros, qui serviront directement à payer les frais d’avocat et autres dépenses.

Tout juste lancée, la campagne, qui avait pour but de réunir 10 000 euros, avait déjà triplé cette valeur. Cette campagne, qui a aidé Miguel, sert également a aidé ses compagnons d’infortune, toujours sous la coupe de la justice.

Pendant ce temps-là, pendant que Miguel souffre des aléas de la criminalisation de la solidarité, qui vient en aide aux gens qui fuient la misère ou la guerre en risquant leurs vies sur un bateau ?

#EuFariaOMesmo


A lire aussi