Café Portugal
Café Portugal

Guide du café au Portugal

Par

On aime le café. Bica, abatanado, galão, meia-de-leite... on a le choix des plaisirs. Mais, comment s'y retrouver ? D'autant plus que les expressions peuvent changer suivant les régions. On vous explique !


Savoir demander un café au Portugal, c’est vital de bon matin avant de commencer la journée. C’est la raison d’être de ce guide qui saura vous aider lors du moment fatidique : répondre à la question « o que vai tomar? ».

On récapitule !

Café Portugal
Café au Portugal. Trouvé sur « Internet », je ne sais pas qui est l’auteur original, mais merci à lui !

Expresso

C’est le café de base, celui que l’on demande en France.

Pour le demander, du nord au sud, il suffira de dire « café ». Mais sachez qu’il existe des variantes régionales pour demander un café expresso.

Bica

C’est l’autre nom du café, que l’on entend au sud du Mondego, surtout à Lisbonne.


statue de fernando pessoa
La statue du poète Fernando Pessoa devant le café A Brasileira à Lisbonne nous rappelle qu’il était un grand appréciateur de café. On pourrait l’entendre demander : uma bica, se faz favor !

Cimbalino

Ce nom-là, vous l’entendrez plutôt vers le nord. Dans tous les cas, que ce soit Bica ou Cimbalinho, ce sont des cafés. Vous pouvez demander en toute confiance « um café se faz favor » du nord au sud, tout le monde vous comprendra.

Café cheio

Si vous voulez un café allongé, demandez un café « cheio ». Cheio, ça veut dire « rempli » ou « plein » en portugais. On ajoute tout simplement de l’eau au café. La quantité de caféine sera donc la même !

Votre tasse à café sera remplie à ras-bord.

Café Cheio
Le café, à ras bord. Ici, un café Delta, la marque la plus populaire du Portugal, qui se trouve être aussi portugaise.

Abatanado

C’est un café allongé, dans une grande tasse cette fois. Enfin, ça, c’est la version que j’entends le plus souvent dans mon quartier à Porto.

C’est un café… polémique, disons. Il existe plusieurs versions différentes de ce café abatanado.

Le café abatanado peut ainsi représenter :

  • Café allongé dans une grande tasse. Beaucoup d’eau pour un seul café normal.
  • Deux cafés dans une grande tasse avec un peu d’eau.
  • J’ai déjà entendu des gens dire qu’il s’agissait d’un synonyme du café duplo.
abatanado
Dans une grande tasse, beaucoup d’eau avec son café pour obtenir son abatanado.

Café curto

A l’opposé, si vous voulez un café serré, vous demandez un café « curto », court. Attention, ici le café est vraiment très fort, il y a beaucoup moins d’eau dans votre tasse !

Italiana

C’est la version serrée du café curto ! Oui, c’est possible ! C’est un véritable « shot » de caféine.

Café duplo

Duplo, c’est « double » en français.

Dans une grande tasse, on y met deux cafés « normaux ». Visuellement, il ressemble à l’abatanado, faites attention. Le duplo a deux fois plus de caféine que le abatanado.

Carioca de café

C’est un café léger, avec moins de caféine. C’est en fait le café issu d’un deuxième passage sur le grain de café moulu qui a déjà servi à faire un premier café normal.

Café sem princípio

C’est une variante du carioca. Après avoir tiré un premier café, on continue de faire couler le café dans une deuxième tasse. Le résultat de cette tasse est un café sem princípio, c’est à dire, en français, un « café sans début ». Il en sort par conséquent un café avec beaucoup moins de caféine.

On peut également l’appeler Café sem ponta (sans pointe) ou escorrido (essoré).

Carioca de limão

Il ne s’agit pas d’un café, mais d’une infusion de zeste de citron. Il s’agit d’une alternative très populaire au café.

carioca de limão
Carioca de limão, avec son zeste au fond

Descafeinado

Le classique décaféiné. Sans caféine, sans histoire, mais nécessaire lorsque l’on est trop sensibles. Je préfère personnellement un bon carioca de limão à un mauvais déca !

Café com cheirinho

Au café, on ajoute un peu de « bagaço« , de l’eau-de-vie. On le boit en digestif.

Sur l’Île de Madère, on peut entendre, au lieu de « cheirinho », un « café cortadinho« .

Garoto ou Pingo

C’est un café curto (serré), auquel on ajoute de la mousse de lait.

  • Dans le sud, on dira plutôt « garoto », que l’on peut traduire par « gamin »
  • Dans le nord, on dira plutôt « pingo », la goutte.

Pingado

Au lieu de la mousse de lait, on met dans le café curto une goutte de lait froid.

Galão

Le galão est un café au lait, servi dans un grand verre transparent, ou, pour les « plus chics », dans une grande tasse de verre. Pour le réaliser, il faut ajouter à son café expresso normal le lait jusqu’à remplir le verre.

C’est le roi des petits-déjeuners !

galão
Le galão, avec un croissant ou un pastel de nata, est un de mes petits déjeuners préférés, j’avoue.
galão traditionnel
Ici, la version avec de la mousse de lait, dans le verre traditionnel du galão.

Meia-de-leite

Dans une grande tasse, on rempli à moitié de lait, à moitié de café. Il est donc plus caféiné que le galão.

A Madère, ils peuvent dire, au lieu de meia-de-leite, « chinesa« .

Cafés pas très portugais

Les trois cafés suivants sont clairement d’origine étrangère, et ne font pas partie du quotidien portugais. Il s’agit, à mon sens, plutôt d’un petit luxe que l’on se permet de temps à autre, parfois au goûter.

Capuccino

Dans une grande tasse, moitié café, un quart de lait, un quart de mousse de lait.

Moka

Dans une grande tasse, un quart de café, un quart de chocolat, un quart de lait et on termine avec de la mousse de lait.

Mazagran

Dans un verre, on ajoute à votre café des glaçons. Boisson parfaite en été avec une rondelle de citron !

douceur portugaise
Difficile de ne pas se laisser tenter par une petite douceur avec son café !

Chávena fria ou quente

Il ne s’agit pas d’un café, mais de la température de votre tasse (chávena). Vous pouvez demander à ce que votre café (chaud) soit servi dans une tasse froide (fria), ou chaude (quente). On peut également dire « chávena escaldada » pour la tasse chaude.

Le sucre

C’est la taille de la tasse qui déterminera le nombre de sachets de sucre que l’on vous donne. Tasse normale, un sachet, grande tasse, deux sachets.

café, super bock, olá
La combinaison gagnante de l’été pour moi. Un café Delta, et le reste…

Petite histoire du café au Portugal

Le café au Portugal, on en boit depuis le XVIIIe siècle. On avait déjà l’habitude d’en boire à Venise, qui les, premiers, le consommèrent régulièrement. Lorsque les Français à leur tour commencèrent à le boire dans des espaces publics prévus à cet effet, c’est naturellement que le Portugal adopta cette nouvelle coutume.

La suite, on la connait, le goût du café se développa prodigieusement, avec de nombreuses variantes de la boisson, du nord au sud du pays. Les Portugais plantèrent avec succès le caféier au Brésil, produisant dès lors certains des meilleurs cafés du monde, n’ayons pas peur des mots.


A lire aussi