Bonbons Dr Bayard
Bonbons Dr Bayard

Dr. Bayard : quand j’ai mal à la gorge

Par

Voici une marque emblématique du Portugal, mais au nom pourtant si français. Qui était ce fameux docteur Bayard, dont le nom figure sur les plus célèbres des bonbons pour la gorge ?


En 1930, un gamin de 16 ans quitte son village natal pour aller travailler à Lisbonne. Le gamin, c’est Alvaro Justino Matias, futur fondateur de l’une des plus belles réussites portugaises, les bonbons du Dr. Bayard.

Imaginez un peu : venant du fin fond du Portugal, sur la frontière espagnole, en plein dans ce que l’on appelle le désert intérieur portugais, il devient à force de travail et de courage un riche entrepreneur. Mais il faut dire qu’il a eu un petit coup de pouce du destin, qu’il a mis à profit de la plus belle façon !

Logo Dr Bayard

C’est un récit pratiquement légendaire que les bonbons du Dr. Bayard nous raconte. Une belle histoire, à laquelle je ne demande qu’à y croire !

Un intérieur déshérité

Vale da Mula, la vallée de la mule en français, c’est une freguesia, une petite commune de la municipalité de Almeida. Almeida, vous connaissez peut-être, il s’agit d’une des plus belles forteresses portugaises « à la Vauban », proche de nuestros hermanos, parce que des fois, les frères, ça se tape dessus…

Almeida
Ville de Almeida et ses fortifications en étoile. Image issue du documentaire de RTP2 « Visita Guiada ».

En 1930, Almeida avait 14.800 habitants. En 2022, 5800. Vale da Mula aujourd’hui, 150 habitants à peine. Pour avoir une idée de la catastrophe démographique de cette région, une donnée : 11 habitants au km². La Creuse, en France, réputée pour être un désert, c’est 21 habitants au km².

Faites-vous plaisir : la prochaine fois que vous passez par Vilar Formoso, faites un petit détour à Almeida, c’est juste à côté !

Mais revenons donc à ce gamin, qui, comme presque tout le monde par chez lui, a fuit la misère à laquelle il semblait voué.

A l’âge de 16 ans dans le Portugal des années 1930, on est assez grand pour vivre seul et travailler. C’est dans une épicerie de Lisbonne que Alvaro débute sa carrière. Une épicerie, c’est un lieu où l’on fait des rencontres, où l’on est en permanence avec les gens. C’est aussi un formidable lieu d’apprentissage de l’achat et de la vente ou de la publicité…

Qui est le Dr. Bayard ?

En 1939, début de la Deuxième Guerre Mondiale, de nombreux européens fuient leur pays pour venir se réfugier au Portugal, pays neutre. L’un de ces réfugiés, l’énigmatique Docteur Bayard, changera à tout jamais la vie du jeune Alvaro.

Nous ne savons pratiquement rien de cet homme, un Français, sans doute pharmacien. De quelle région était-il ? Était-il Juif ? On ne sait pas. Nous ne sommes même pas sûrs que Bayard soit son véritable nom ! A bien y penser, si c’était un Juif, il serait naturel de prendre un faux nom assez commun en France…

Ce que l’on sait, c’est ce que nous en a dit Alvaro.

Dans les années 1940, même si le Portugal était un pays neutre, il n’en était pas moins victime de la pénurie provoquée par la guerre. En manque de tout, les Portugais devaient passer par des tickets de rationnement. Les étrangers réfugiés eux, étaient encore plus mal lotis. Sans avoir le droit aux tickets, la plupart repartaient du Portugal vers d’autres cieux, notamment américains.

logo dr. Bayard
Est-ce un portrait du pharmacien Bayard ?

Ceux qui restaient devaient tout payer à des prix excessifs. La famille du Dr. Bayard, qui avait choisi de rester au Portugal, avait ainsi du mal à trouver de quoi se nourrir à un prix juste. C’est l’amitié entre Bayard et Alvaro qui permettra au Français de vivre dignement au Portugal pendant ces quelques années d’incertitude… Alvaro lui donnait un accès plus équitable aux biens essentiels pour vivre au quotidien.

En 1944 et la Libération, le Dr. Bayard peut enfin revenir chez lui, en France, et on n’entendra plus jamais parler de lui… Lui qui avait passé tant de temps avec Alvaro, à visiter la ville avec son ami portugais et à lui enseigner la langue française…

Un appel avait d’ailleurs été fait par Alvaro plus tard, afin que l’on retrouve son ami. Peine perdue. Est-il mort ? Était-ce un faux nom comme je le crois ? On ne le saura probablement jamais. Mais je laisse une réflexion : ne trouvez-vous pas que Bayard, ça sonne beaucoup comme Bayer, une des plus grandes entreprises pharmaceutiques allemandes ?

Un des slogans des bonbons : « amigo do peito« . Cette expression portugaise veut dire « ami du coeur », un véritable ami. Mais ici, « peito » veut dire « poitrine », où se trouve le coeur, oui, mais aussi les poumons qui nous font tousser… Bien trouvé non ?

Un cadeau inestimable

Bayard n’est pourtant pas parti comme un voleur, loin de là. En souvenir de son amitié pour Alvaro, il laisse à celui-ci un cadeau pas comme les autres : la recette des bonbons pour la toux et le mal de gorge. Venant de la part d’un pharmacien, à une époque où les recettes étaient jalousement gardées, c’était un cadeau inestimable.

La recette était enfermée dans une petite boite en métal, avec dessus, le dessin d’un homme qui tousse. La même image que nous pouvons toujours voir aujourd’hui dans les emballages des bonbons !

Bonbons Dr. Bayard
Ma grand-mère me donnait un bonbon dès que je toussais. Exactement le même emballage que dans mes souvenirs, rien a changé…

Mais ce cadeau avait un « hic ». Il n’y avait pas les quantités nécessaires !

En 1949, après de nombreuses tentatives dans leur cuisine, Alvaro et son épouse trouvent enfin le moyen de produire en larges quantités ces petits bonbons, si efficaces contre le mal de gorge. L’entreprise Dr. Bayard est née.

Depuis, c’est une histoire de succès, jamais démenti. Une première usine ouvre ses portes en 1960. En 1969, ils s’installent à Amadora, dans la banlieue de Lisbonne, où ils se trouvent encore aujourd’hui.

Aujourd’hui, l’entreprise peut produire jusqu’à un million de bonbons par jour.

Dans le coeur des Portugais

Ou plutôt… dans la gorge ! Le succès est au rendez-vous, oui, mais c’est mérité ! A base de miel, guimauve et de quelques plantes médicinales, le soulagement d’une gorge irritée avec ce bonbon est presque immédiat.

Pour ma part, j’apprécie comme ce produit intemporel a traversé tant de générations, tout en gardant son originalité et son « cachet ». L’homme qui tousse, le logo de Dr. Bayard, semble éternel.

pages du livre sur Dr. Bayard
Um milhão de rebuçados, un million de bonbons. C’est sous ce titre que la maison d’éditions Pato Lógico publie ce livre hommage à Dr. Bayard.

Pour fêter les 70 ans de l’entreprise, un livre illustré fut publié en 2019, racontant précisément cette belle histoire, à moitié légendaire, à moitié réelle. Des histoires comme ça, on en redemande !

close
Abonnez-vous à notre newsletter. Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi