Marcelo et Journalistes
Marcelo et Journalistes

Le Portugal au 9ème rang mondial de la liberté de la presse

Par , le

Le Portugal est dans le top 10 des pays les mieux classés au classement Mondial de la Liberté de la Presse 2021, publié par les Reporters Sans Frontières (RSF). Pour combien de temps encore ?


Malgré quelques difficultés financières liées à la pandémie et des scandales qui ont secoué la presse portugaise, le pays monte au classement des Reporters Sans Frontières.

Parmi les pays lusophones présents dans le classement de la liberté de la presse :

  • Le Portugal gagne 1 place, en passant à la 9ème place
  • Le Timor-Oriental grimpe de 7 places dans le classement (71ème rang)
  • L’Angola grimpe de 3 places, à la 103ème place
  • Le Brésil est au rang le plus bas (111è), en perdant 4 positions
  • Le Cap Vert perd 2 places (27è)
  • La Guinée-Bissau perd une place (95è)
  • Enfin le Mozambique perd 4 places (108è)

La France quant à elle, occupe la 34ème place, comme pour l’année précédente.

Les pays qui ont fait le plus d’efforts sur le classement de la liberté de la presse sont :

  • Le Burundi, gain de 13 places
  • Les Seychelles, gain de 11 places
  • La Sierra Leone, amélioration de 9 places

Le pays en fin de classement est l’Erythrée.


Classement RSF
Classement RSF

Détérioration dramatique

Le rapport RSF souligne qu’il y a eu une « détérioration dramatique » de liberté de la presse depuis que la pandémie du Covid-19 est devenue mondiale ». RSF estime que les gouvernements ont utilisé la pandémie « pour restreindre aux journalistes l’accès à l’information, aux sources et aux reportages sur le terrain ». Plus précisément en Asie, au Moyen-Orient, et en Europe.

RSF signale aussi la chute de confiance du public-vis à-vis du journalisme. L’association a indiqué que 59% des personnes interrogées dans 28 pays ont affirmé que les journalistes « tentent d’induire le public en erreur de façon délibérée, en communiquant des informations qu’ils savent être fausses ».

Le classement mondial de 2021 conclut que 73% des pays du monde ont de sérieux problèmes avec la liberté de la presse. Le classement porte sur 180 pays du monde.

La censure européenne

Avec la guerre en Ukraine, l’Union Européenne a pris la décision d’interdire les chaînes russes RT et Sputnik News. Elles sont accusées de propagande du régime de Vladimir Poutine.

Il ne s’agit pour moi que de rien d’autre que de la censure pure et simple. Les arguments utilisés par l’UE ne sont pas audibles pour moi. Ni pour un pays qui a été victime du « crayon bleu », la couleur utilisée par la dictature portugaise au moment de rayer les contenus « interdits » de la mise en page d’un journal.

C’est une première pour le Portugal. C’est d’autant plus dommageable que RT ou Sputnik News sont accessibles partout ailleurs qu’en Europe ! Les Américains y ont accès, par exemple. Nul doute que le Portugal va tomber quelques positions au classement en 2022.

Cette censure s’étend aux réseaux sociaux, qu’il s’agisse de Facebook, Twitter ou Instagram. Ils sont allés tellement loin dans la censure qu’ils ont réussi à bloquer les compte Telegram de RT ou Sputnik : les numéros de téléphone européens inscrits sur Telegram n’y ont pas accès.

Je n’ai jamais vu ça.

Telegram et Signal

C’est dans ce contexte difficile que j’ai ouvert un compte Telegram et autre compte Signal pour Portugal en français. Ce n’est pas parfait, mais il s’agit ici d’éviter la « censure » éventuelle des réseaux sociaux. En effet, une nouvelle forme de censure existe, plus insidieuse.

Les algorithmes de Facebook, mais aussi ceux de Google, décident de ce qu’il faut nous montrer en priorité. Ils peuvent ainsi ne diffuser un contenu qu’à une minuscule fraction du public d’une page. C’est le cas pour nous. Avec Telegram ou Signal, cet effet est éliminé.

Pour nous rejoindre :

close
Abonnez-vous à notre newsletter. Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi