Edifice contemporain Porto
Edifice contemporain Porto

Architecture résidentielle moderne

Par

Je le dis haut et fort : la plupart des nouveaux immeubles résidentiels au Portugal sont un attentat à la beauté de nos villes.


Edifice contemporain Porto
Edifice contemporain à Porto

Regardez cette photo. Je connais très bien cet immeuble, pas loin de là où j’habite.

Il est une sorte de muraille, face à l’un des plus beaux parcs urbains du monde, le Parque da Cidade de Porto.

Et bien il vient de gagner le prix spécial de l’International Building Beauty 2022.

C’est un prix d’architecture, qui félicite donc la « beauté » d’une construction.

La photo pourrait encore faire illusion, beaucoup grâce au fabuleux parc et, si vous regardez bien, l’Atlantique au fond.

De près, c’est juste un truc sinistre, résidentiel, bouchant la vue, avec des espèces de terrasses en style « futuriste des années 1970 ».

Comme lui, beaucoup d’autres constructions pullulent, en pleine ville, ou même dans des villages. Parfois, on en voit en plein centre-ville, y compris dans des zones pourtant classées. C’est de l’art, on a le droit, qu’ils nous disent.

Bunker hôtel de Porto
Ce « bunker » est un hôtel moderne de Porto, récemment construit. A gauche, la Gare São Bento et ses fabuleux azulejos de Jorge Colaço.

Mon opinion subjective…

Ah ouais je suis critique ouais, désolé pour ceux qui aiment ça, et qui estiment que ça serait une chance pour eux d’avoir ça comme vue au quotidien.

Précisions : nous parlons ici d’un immeuble de « haute qualité » comme ils disent, vendu comme étant une construction de luxe. Le prix? Oh rien, pour un T4 (4 chambres), c’est 1.170.000€. Une bagatelle.

Oui, vous avez bien lu.

Qui achète ça? Des étrangers qui s’en foutent de la culture portugaise. Des riches qui veulent avoir l’air cool. Les mêmes qui achètent de l’art contemporain (une banane scotchée sur un cadre par exemple) à des prix indécents.

Petite maison
Quand une petite maison se retrouve coincée entre deux de ces constructions géométriques en béton vieillissant mal, c’est un peu du Portugal qui se meurt.

L’excuse du « il faut loger tout le monde » ne tient ici pas une seule seconde. Il s’agit de 25 appartements.

Pour une élite pseudo intellectuelle mais surtout friquée

Mais nous ne pouvons pas comprendre. C’est de l’art. Il faut faire des études.

Mais quand cet élitisme empiète sur mon quotidien, c’est une agression.

Parque da Cidade
La dernière chose que j’ai envie de voir quand je me promène ici, au Parque da Cidade, c’est un immeuble de Haute Qualité pour Millionnaires aux Lignes Architecturales Contemporaines Marketing International. Notez déjà une autre de ces verrues, au fond à gauche.

Je suis dans un parc, et tout d’un coup, je suis nez à nez avec ce genre de construction. Une construction qui me ramène dans l’urbanisme le plus morbide, loin du plaisir bucolique d’une promenade dans la nature. Oui, bien sûr, pour ceux qui y habitent, c’est très bien d’avoir une vue sur un parc pourtant protégé et l’océan. Mais et pour nous, les gueux?

Accessoirement, j’ai fait 5 ans d’études d’arts graphiques, 3 ans d’histoire et je suis (aussi) illustrateur. Je ne supporte plus ce que ce supposé « art » nous fait vivre à nous, amoureux des belles images. Suis-je passéiste? Non, j’apprécie l’architecture contemporaine lorsqu’elle est bien intégrée à son milieu environnant.

Sommes nous condamnés à une architecture du béton aux formes géométriques dénudées, sans âme, faisant fi de la ville où l’édifice est construit?

Lorsque vous achetez un bijou, ne regardez-vous pas avant dans un miroir s’il vous va bien, s’il est assorti à votre style ou à l’image que vous voulez donner de vous?

Par ailleurs, et je termine, une question à nos amis architectes : pourquoi les voitures sont souvent de plus en plus belles, mais pas les maisons? Les finitions (intérieures et extérieures) d’une Volkswagen Arteon sont sublimes quand on compare avec une Passat des années 1990. Nos immeubles, eux… pas vraiment.

close
Abonnez-vous à notre newsletter.
Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi