plat portugais
plat portugais

Invité à manger chez un Portugais, que faut-il savoir ?

Par

Il est rare de se faire inviter à manger au Portugal. Mais quand ça arrive, que faire? Nous avons demandé à notre communauté...


Dans ma famille, c’est plutôt rare que l’on s’invite à manger à la maison. Tellement rare, que je ne sais pas quoi faire si on m’invite. J’ai donc demandé de l’aide à la communauté, et chacun y va de sa petite expérience… Moralité : il n’y a pas de règle établie. Nous allons donc tenter de faire un petit guide, suivant les situations.

On mange ensemble, oui, mais au restaurant

Manger à la maison, c’est trivial, banal, et surtout, intime. Si on veut faire la fête, se faire plaisir, on va au restaurant. On peut y aller avec des amis, c’est plus sympa, mais personne ne s’invite vraiment : chacun paye sa part. C’est l’option largement préférée du côté de ma famille. Comme ça, pas besoin de cuisiner à la maison, pas besoin de faire la vaisselle.

Le principe, c’est de prendre du plaisir, pas de trimer pendant des jours pour accueillir nos amis à la maison.

On mange ensemble, oui, mais en famille

En fait, il est usuel au Portugal pour les enfants, mêmes adultes, de manger chez leurs parents le dimanche à midi. C’est, en quelque sorte, le rendez-vous familial, où tout le monde se retrouve pour raconter sa semaine. Il faut savoir que les grands-parents ont toujours beaucoup d’importance au Portugal, il n’est pas rare de voir des papys ou des mamies s’occuper de leurs petits héritiers. Ils vont les chercher à l’école, ils s’en occupent en attendant que maman ou papa revienne du travail.

Dans ce contexte, les réunions « entre amis » sont un peu plus compliquées, mais possibles. Voyons voir lesquelles.


On est invités chez des jeunes

Fauchés, le restaurant n’est pas trop une option chez les jeunes. Du coup, on veut se voir, soit on boit une superbock en terrasse, soit on se partage des pâtes à la maison. Dans tous les cas de figure, personne ne ressortira du repas en disant « j’ai faim ». Ceci est inenvisageable au Portugal.

Alors là, si on veut être poli et qu’on est invités, il faut amener à boire. Même si le propriétaire des lieux a largement ce qu’il faut, votre bouteille sera très bien accueillie. Ne serait-ce que pour la prochaine fois !

Entre jeunes, il y a moins de chichis, moins de complexes aussi. Ce n’est pas forcément quelque chose de Portugais d’ailleurs.

On est invités dans une famille officiellement

Une invitation officielle, c’est un rendez-vous précis, une date fixée quelques jours à l’avance. Le temps pour vos hôtes de se préparer !

Que faut-il apporter ? Qui dit famille, dit enfants. Si vous voulez vraiment faire plaisir, le mieux, c’est d’offrir quelque chose… aux enfants ! N’apportez pas de dessert. On pourrait mal le prendre. « Tu crois que j’allais ne pas faire de dessert? Tu crois que je ne sais pas cuisiner? Tu me prends pour qui ? »
Sinon, apportez quelque chose qui soit personnalisé, et en rapport avec votre hôte. Rien de compliqué, ni de cher. Si vous ne savez pas quoi apporter, parce que vous ne les connaissez pas assez, un truc de chez vous ça sera très bien.
En dernier recours : demandez carrément ce que vous devez apporter.

Si vous voulez apporter quelque chose d’alimentaire, c’est la boisson, un truc que vous « voulez faire découvrir » à votre hôte. Ou alors un cadeau qui se mange, mais plus tard, un autre jour. Pour le reste, la famille qui vous reçoit s’en charge. Et quand vous aurez mangé à ne plus savoir où vous mettre, et qu’on vous dit : bon, il est temps d’aller chercher le plat principal, vous comprendrez pourquoi il ne fallait rien apporter à manger. Mais aussi pourquoi ce genre d’invitation est rare : c’est du boulot que de faire ce genre de repas ! On comprend pourquoi les restaurants sont si populaires…

Etre invité à la table d’un Portugais de façon officielle, c’est un honneur. Sachez que pour un dîner, il est courant d’être invité à venir prendre le café, bien avant donc l’heure de dîner.

Le restaurant Mesa Real, Table Royale en français, dans la grande salle des banquets.
C’est plus simple de se voir dans un restaurant. Mais c’est plus cher, évidemment.

On est invités de façon informelle

Si l’invitation officielle est rare, l’invitation informelle est encore plus rare, sauf si vous êtes un ami de longue date. Imaginez le cas de figure suivant : la discussion était très longue, il se fait tard, et votre ami doit rentrer chez lui. Il se peut qu’il vous invite à continuer la conversation chez lui.

Dans ce cas, inutile de s’inquiéter avec le moindre formalisme. C’est imprévu, c’est tranquille. Honnêtement, c’est quelque chose qui n’arrive quasiment jamais, sauf sans doute chez des gens qui sont « toujours prêts ». Qui? Des gens qui ont le ménage toujours impeccable chez eux, avec des frigos toujours remplis, et sans doute sans enfants.

Autant dire que c’est rare. Un truc de retraités peut-être.

Déjeuner ou dîner?

Une chose je peux vous dire : on aura plutôt tendance à s’inviter à déjeuner.

Pourquoi? Pour profiter le plus possible des invités, pardi ! Mais sachez également qu’il ne sera pas rare d’être invité à déjeuner, puis, comme le repas, le digestif, le café, la discussion peuvent traîner en longueur, on se fera également le dîner avec les « restes » de midi…

Quand faut-il arriver?

La question problématique. Certains vont nous dire qu’il faut arriver à l’heure, ce que j’aurai tendance à faire. D’autres qu’il faut arriver un peu en retard (de 10 à 30 min). D’autres, qu’il faut arriver avant, pour aider à préparer les choses !

Mon conseil : arrivez à l’heure, avec juste ce qu’il faut de décalage, genre 5 minutes. L’heure, c’est l’heure. Ce n’est pas forcément une habitude portugaise d’arriver à l’heure, mais c’est une habitude que j’aimerais qui devienne habituelle. Une fois, à un dîner entre étudiants, le rendez-vous était à 20h. Je suis arrivé à l’heure. J’ai attendu, montre en main, 45 minutes avant que le deuxième convive n’arrive. Plus jamais !

Quand faut-il partir?

On sait quand on arrive, on ne sait jamais quand on part (cf. le paragraphe plus haut). C’est aussi simple que cela. Je vous donne un indice : si votre hôte commence à bâiller, c’est qu’il est temps de partir. Tant que tout le monde s’amuse, pourquoi écourter?


A lire aussi