Point de collecte du lait
Point de collecte du lait

Le point de collecte du lait : vie d’autrefois

Par

Les femmes qui portaient de grands bidons de lait sur la tête étaient une vision du quotidien dans le Portugal d'autrefois. Marchant sur de longs chemins, elles allaient vendre le lait dont elles n'avaient pas besoin au point de collecte du village, à l'ombre du géant agro-alimentaire Nestlé...


Le lait, production maison

La production laitière portugaise, celle d’avant la Révolution des Oeillets, était une affaire de gens modestes. On possédait une, deux ou trois vaches, qui donnait un peu de lait pour la famille. L’excédent était revendu dans des points de collecte, où il fallait apporter le lait, souvent à la seule force du poignet… de femmes.

Traite de la vache
Traite d’une vache à Golegã, 1910. Photo de Joshua Benoliel.
Femmes portant le lait
Femmes portant le lait dans des bidons d’aluminium. Notez les poignées, en haut et en bas. Fond Estúdio Almeida, Juillet 1955 © Centro Português de Fotografia

Ce sont des souvenirs, presque émus, de femmes qui nous racontent cet ancien temps. Après la traite à la main de la vache, on apportait ce lait « en trop » dans des bidons en aluminium au « posto de recepção do leite », ou, plus simplement, « posto ». C’est, en bon français, le « point de collecte du lait ».

Point de collecte du lait Nestlé
Point de collecte du lait, propriété de Nestlé.

Ces bidons, d’une contenance de 15 à 25 litres étaient tout autant de kilos à porter sur la tête. Ce transport était, encore une fois, une histoire de femmes. Un moment presque paisible pour elles, qui les changeaient de la routine et les sortaient de la petite exploitation familiale. Un moment aussi, peut-être, pour rencontrer d’autres personnes, et, qui sait, un amoureux…

C’était bien l’un des rares moments où l’on pouvait rencontrer des personnes d’un autre village régulièrement. C’était aussi un moment, diront les plus médisants, où il était facile d’évaluer la richesse de chacun, à la quantité de lait qu’ils apportaient…

Femmes portant le lait
Les chemins d’autrefois n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui. Fond Estúdio Almeida, Juillet 1955 © Centro Português de Fotografia
bidons de lait dans une charette
Avec sa vieille charette, l’homme pousse les immenses bidons de lait. Fond Estúdio Almeida, Juillet 1955 © Centro Português de Fotografia
Âne portant le lait.
L’âne, fidèle compagnon des paysans.

Sociedade de Produtos Lácteos

C’est en 1923 que Egas Moniz, le célèbre médecin neurologue portugais, parvint à créer une société dans son village natal de Avanca, près de Estarreja. Nous sommes ici à quelques kilomètres de Ovar et de Aveiro, une région bien connue pour sa production de lait.


Egas Moniz recevant le prix Nobel.
Egas Moniz recevant le prix Nobel

Egas Moniz, qui n’avait pas encore obtenu le prix nobel de médecine (1949) à ce moment, était un fervent admirateur du suisse Henri Nestlé. C’est dans son sillage qu’il contribua à la fondation de cette nouvelle entreprise, voulant lui aussi améliorer l’alimentation des enfants.

La première activité de la nouvelle entreprise était la production de lait en poudre pour les bébés. En 1933, la Sociedade de Produtos Lácteos obtient l’exclusivité au Portugal des produits Nestlé.

En 1973, la prise de contrôle par Nestlé de l’entreprise portugaise devient totale, avec son changement de nom. Désormais, il s’agit de Nestlé Portugal.

Réseau de collecte

Pour récupérer le lait, l’entreprise créa un réseau de collecte. Dans presque chaque village producteur de lait, on a construit un petit bâtiment, identique partout, où l’on récupérait le travail des vaches. C’est ici que l’on mesurait la quantité de lait apportée par le petit producteur. Une fois par mois, les producteurs étaient payés pour leur production.

Homme versant le lait dans un plus grand récipient.
Le célèbre logo de Nestlé est bien présent, avec l’oiseau nourrissant ses petits dans le nid. Le camion attend son chargement pour repartir vers un autre point de collecte. Fond Estúdio Almeida, Juillet 1955 © Centro Português de Fotografia

C’était ouvert tout le temps, sept jours sur sept, mais à horaires fixes. Deux fois par jour, un camion venait récupérer le lait, pour l’apporter à un centre de traitement pour y être pasteurisé.

L’entreprise de Avanca contribua décisivement à la baisse de la mortalité infantile grâce à l’amélioration de l’alimentation des jeunes enfants. De plus, elle développa la production laitière du pays, améliorant quelque peu la vie de nombreux paysans.

Point de collecte en ruine...
Les points de collecte sont aujourd’hui à l’abandon. Nous ne savons pas très bien qui en est responsable. Ici, celui de Guia, Pombal, pourrait être réutilisé pour en faire un petit musée par exemple ?

Nestlé Portugal

Aujourd’hui, Nestlé est toujours présent à Avanca, où se trouve l’une de ses quatre usines portugaises, avec Porto, Coruche et São Miguel aux Açores. Ce sont au total 1850 salariés qui travaillent pour Nestlé au Portugal.

A Avanca, on y produit les céréales du petit-déjeuner, comme Chocapic, Nesquik ou Estrelitas ou bien les cafés solubles comme Tofina ou Mokambo…

Nestlé est toujours aujourd’hui une entreprise incontournable du quotidien des Portugais, qui a par le passé beaucoup fait pour l’amélioration de la qualité de vie portugaise. Aujourd’hui, grande multinationale agro-alimentaire, Nestlé essuie les reproches que l’on peut faire à ce genre d’entreprise. Personnellement, le seul reproche que je puisse vraiment leur faire, c’est de ne pas être une entreprise de capitaux portugais…

close
Abonnez-vous à notre newsletter. Nous ne spammerons pas, promis !

A lire aussi