Terreiro do Paço
Terreiro do Paço

Agression homophobe à Lisbonne

Par , le

Un couple de brésiliens a été victime des vendeurs de drogue présents sur la Place du Commerce.

Dealers et touristes

Ce n’est pas reluisant, ce qui se passe dans les hauts lieux touristiques, quelque soit le pays impliqué. Les dealers sont de plus en plus agressifs, tentant de vendre leurs “produits” aux yeux de tous, aux endroits les plus fréquentés.

C’est un poison que l’on peut voir sur la célèbre Praça do Comércio (également connue sous le nom de Terreiro do Paço) à Lisbonne. Les dealers n’hésitent pas à alpaguer les passants dans la rue, en leur proposant de l’héroïne ou de la cocaïne…

Couple gay

C’est le magazine d’information LGBT portugais Dezanove qui nous apprend cette triste nouvelle qui ternit l’image du Portugal tolérant et ouvert au monde.

Fabio Von der Liebl et Victor Drummond sont un couple gay venus du Brésil. Ils ont littéralement fuit leur pays, et surtout leur président Jaïr Bolsonaro. A la recherche d’un havre de paix, le Portugal leur paraissait l’eldorado recherché.

Se promenant un dimanche de septembre 2019 sur le Terreiro do Paço, ils se voient proposer par un groupe de dealers d’acheter de la drogue. Ils refusent. C’est à ce moment que les insultes commencent, les dealers leur proposant à la place des concombres et autres joyeusetés sexuelles, des insultes à caractère homophobe.

Notre couple ne se démonte pas, et commence à prendre des photos des dealers, afin de pouvoir porter plainte contre eux. Ils sont venus du Brésil pour fuir l’homophobie, ce n’est pas pour la subir au Portugal !

Agression homophobe

Les dealers ont mal réagi, d’agressions verbales, ils passent aux agressions physiques. Victor court vers la police municipale, toute proche, mais Fábio est attrapé et frappé au sol. Quatre agresseurs seront ensuite identifiés par la police nationale, mais relâchés. Il semblerait qu’une agression en pleine rue ne soit pas un motif suffisant pour passer une nuit en prison…

Quoiqu’il en soit, Fábio et Victor attendent que la justice portugaise agisse en conformité, et que les agresseurs soient punis. On l’espère aussi. Non à l’homophobie, mais aussi non à la drogue, cause de tous les mots.

Nous conseillons à tous de ne pas réagir aux agressions verbales, même homophobes. Surtout face à des toxico-dépendants. Il faut se souvenir que leur cerveau ne fonctionne plus comme celui d’une personne normale, et qu’ils sont capables de tout. Même au Portugal.


Commentaires

A lire aussi